.
.

RICK MILLER

(CANADA)

DARK DREAMS

(2012)
LABEL:

MALS

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
FM, Mélancolique, Planant
"Faute de quelque contraste pour doper l’ambiance, “Dark Dreams” paraît tout indiqué en relaxation avant la camomille vespérale. Une routine agréable qui ne risque guère d’effaroucher les oreilles sensibles."
ABADDON (09.05.2012)  
2/5
(4) Avis (0) commentaire(s)
Au septième album, les recettes de Rick Miller sont bien connues : avec un sens mélodique évident, le Canadien pose sa chaude voix sur des nappes douillettes de claviers, s’accompagnant d’une guitare Floydienne, sur des tempos restant sagement cantonnés du côté de l’adagio ma non troppo. “Dark Dreams” ne déroge pas à la règle, se calant bien confortablement dans une routine qui ne risque guère d’effaroucher les oreilles sensibles. Rick Miller a d’ailleurs bien prévenu sur son site : “Ceux qui aiment le rock progressif avec plein de jazz-fusion ou de heavy-metal risquent de ne pas y trouver leur compte”.

Dont acte. Confortablement installé, l’auditeur a droit en introduction à un trio voix-violoncelle-piano, un truc qui marche à tous les coups quand la voix est cajoleuse, la production détaillée, et les mélodies, évidentes. Joli, soigné, agréable, sont les qualificatifs qui viennent immédiatement lors de l’écoute de cet opus qui flirte avec l’ambient, impression renforcée par l’ajout de 'cui-cui' d’oiseaux, de 'glouglous' de ruisseaux et de bruits de vagues, dans un esprit qui n’est parfois pas sans évoquer la relaxation prônée par une enseigne où il est question de découvertes naturelles.

Faut-il pour autant s’enthousiasmer dans cette ambiance alanguie ? Malgré la fluidité permanente, le soin apporté dans les arrangements (l’intro de ‘Return To Uqbar’), la douceur de la guitare (jolie relance dans ‘Whispers’), et des harmonies vocales bien placées, le procédé tourne un peu à vide, et l’on s’ennuie parfois (‘Quiet Desperation’, ‘Trancension’), quand on ne relève pas quelques poncifs (le récitatif de ‘Whispers’, frappé par le syndrome de l’Eté Indien).

Faute de quelque contraste pour doper l’ambiance, l’auditeur pourrait facilement se laisser gagner par l’engourdissement. Tout ça est très joli, bien soigné, mais me glisse personnellement dessus comme l’eau sur le plumage du proverbial canard. Dans la droite ligne des albums précédents, “Dark Dreams” paraît tout indiqué en relaxation avant la camomille vespérale.
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. Angels In The Forest - 08/17
02. Hear The Ocean Roar - 03:25
03. Man Out Of Time - 05:20
04. The One Reincarnate 04:22
05. Quiet Desperation - 06:49
06. Return To Uqbar - 06:13
07. The Transcension - 02:27
08. When The Evening Comes - 02:57
09. Whispers - 05:24

FORMATION:
Barry Haggerty : Guitares
Kane Miller: Guitares / Violon
Mateusz Swoboda: Violoncelle
Nancy Foote: Flûte
Rick Miller: Chant / Guitares / Basse / Claviers
Will: Batterie
   
(4) AVIS DES LECTEURS    
REALMEAN
23/02/2013
  0 0  
4/5
Il est vrai que Rick Miller poursuit sur sa lancée, et on pourrait lui reprocher ce manque de renouvellement. Mais pourquoi le faire, lorsque la sensibilité et la qualité de composition demeurent au top niveau ? La sonorité par ailleurs a beaucoup progressé, les soli de guitare sont désormais très authentiques, et une fois parvenu à la fin du voyage, on ne peut s’empêcher de penser, « Quel bel album ! » Tiens, c’est déjà ce que je me disais, au terme de chacun de ses prédécesseurs…
Un gros coup de cœur pour le merveilleux "The Transcension" (trop court !), "Quiet Desperation" et pour le paradisiaque "Man Out of Time". Des mélodies et des envolées aussi évidentes que superbes. Un regret (qui n’a guère d’importance !), c’est que la mystérieuse jeune femme de la pochette n’arbore pas de longue et belle chevelure… Mais trop classique, me direz-vous !
Rick détient le même secret que les BJH à l’inspiration-fleuve, en leur temps : c’est du bon, on en redemande… et il en redonne.

PETE_T
17/05/2012
  0 0  
4/5
Une fois de plus Rick Miller se fond dans le monde calme et symphonique de David Gilmour. Pas de nouveautés à l'horizon puisque les rythmes lents et les soli de guitares sont légion. C'est sû,r la section rythmique n'est nullement mise à mal, mais la voix de Rick et les envolées de 6 cordes font mouche.
A écouter à dose homéopathique pour éviter de passer au stade suicidaire, mais c'est si bon lorsque le besoin s'en fait sentir !

CORTO1809
11/05/2012
  0 0  
3/5
C'est vrai, d'album en album, Rick Miller ne pêche pas par excès d'innovation et il ne risque pas de dérouter le public acquis à sa cause. Au-delà de ce manque flagrant d'originalité, il reste un album bien foutu, avec de belles mélodies, et qui se déguste avec plaisir. Pas inoubliable, simplement agréable.
7,5.

Voir les 4 avis
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.5/5 (2 avis)
STAFF:
3.2/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
RICK MILLER: Heart Of Darkness
 

"Découvrez le nouveau clip de Verso"
AUTRES CHRONIQUES
AS AUTUMN CALLS: An Autumn Departure (2011)
DOOM -
XIANOSYS: Chronicles (2012)
METAL PROGRESSIF -
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT RICK MILLER
RICK-MILLER_Unstuck-In-Time
Unstuck In Time (2020)
4/5
4/5
PROGRESSIVE PROMOTION / ROCK PROGRESSIF
RICK-MILLER_Belief-In-The-Machine
Belief In The Machine (2020)
2/5
4/5
PROGRESSIVE PROMOTION / ROCK PROGRESSIF
RICK-MILLER_Heart-Of-Darkness
Heart Of Darkness (2014)
3/5
4/5
MALS / ROCK PROGRESSIF
RICK-MILLER_Immortal-Remains
Immortal Remains (2013)
3/5
3.7/5
MALS / ROCK ATMOSPHERIQUE
RICK-MILLER_In-The-Shadows
In The Shadows (2011)
3/5
4/5
MALS / ROCK PROGRESSIF
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024