ARTISTE:

AYREON

(HOLLANDE)
TITRE:

THE HUMAN EQUATION

(2004)
LABEL:

INSIDEOUT MUSIC

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Concept-album
""The Human Equation" propose un rock toujours très personnel mêlant sons spatiaux et grosses guitares mais moins percutant que dans "The Dream Sequencer" ou "The Electric Castle"."
TORPEDO (05.04.2004)  
3/5
(7) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

L’arrivée de ce nouvel album d’Ayreon fut une longue attente. Il aura en effet fallu quatre ans à Arjen Lucassen pour nous concocter un nouveau concept album tenant sur deux CD dont il semble être le seul à en avoir le secret. Sa sortie sera à la hauteur de l’évènement, l’album étant décliné en trois versions : l’édition de base, l’édition limitée et la dernière comprenant l’édition de base accompagnée d’un DVD contenant de nombreux bonus.

Comme à son habitude Lucassen s’est entouré d’une pléthore de chanteurs qui incarnent un rôle bien défini de l’histoire. Vous retrouverez James Labrie (DT), Eric Clayton (Saviour Machine), Devin Townsend, Akerfeldt, Heather Findlay (Mostly Autumn), Magnus Ekwall (The Quill), Devon Graves (Dead Soul Tribe), Mike Baker (Shadow Gallery), Irene Jansen (Karma) et Arjen Lucassen lui-même. Niveau musicien la liste est moins longue mais tout aussi prestigieuse avec Martin Orford (IQ), Joost Van Den Broek (Sun Caged) ou encore Oliver Wakeman.

Pour rassurer les fans inconditionnels d’Ayreon qui auraient pu craindre un tournant stylistique définitif vers le métal depuis « Star One », cet album porte bien la signature d’ « Ayreon ». Nous sommes donc en face d’un rock toujours très personnel mêlant sons spatiaux et grosses guitares dans un souci mélodique toujours poussé.

Avec des invités aussi charismatiques, il était à prévoir que le chant soit un des éléments le plus important et le plus travaillé. Chacun d’eux endosse un personnage au style de chant typique de ce que l’on retrouve dans leur groupe personnel respectif : Le lyrisme de Labrie, la puissance de Ekwall – qui m’a d’ailleurs plus qu’impressionné -, la fureur de Townsend, la douceur des voix féminines qui réalisent des prouesses au niveau des chœurs, la gravité d’Eric Clayton, etc. L’osmose entre toutes ces voix et l’efficacité de certains dialogues sont très souvent une réussite totale (Day Four : Mystery).

Coté composition, le talent de Lucassen est toujours d’actualité. L’homme semble bien avoir une expérience musicale unique pour réussir à intégrer autant de références venant de mondes musicaux divers. La fusion de son rock avec différents folklores, et tout particulièrement le celtique, fait ainsi mouche à chaque fois. Ne faisant jamais les choses à moitié, de vrais musiciens ont été engagés pour s’occuper des parties de flûte, violon et violoncelle, disséminés tout le long de l’album.

Si la description de cette virtuosité est plus qu’alléchante, « The Human Equation » souffre malgré tout de quelques défauts.

Le premier est le renouvellement. Suivant la carrière de Lucassen depuis son premier album sous le nom d’Ayreon, les réminiscences aux oeuvres passées sont nombreuses et l’effet de surprise est beaucoup moins évident. Il est indéniable que le bougre arrive toujours à nous apporter pas mal d’émotions fortes notamment sur ses refrains, où l’ajout d’une guitare bien ample, d’un arrangement aux claviers ou encore d'une ligne de chant fait immanquablement frissonner, mais l’intensité n’est plus du niveau d’un « Dream Sequencer ».

Le second sera beaucoup plus pernicieux car il dépendra avant tout de ses affinités avec certains exercices de style et certaines mélodies. J’ai pour ma part été très déçu de voir Devin Townsend cantonné à hurler ses textes alors qu’il possède un organe tout à fait exceptionnel sur des chants clairs. Ensuite j’ai été ponctuellement gêné voire agacé par certaines tournures que prennent quelques titres. Pour exemple, « Day Three : Pain » démarre de la plus belle des façons mais se retrouve complètement gaché par un refrain au style et à l’envolée au chant bien malvenus par rapport au couplet. Malheureusement, la liste de ces peccadilles est suffisamment longue pour m’avoir laissé un sentiment général de frustration.

Etant un fan depuis la première heure, il est possible que mon jugement puisse en faire hésiter plus d’un. Il serait malgré tout injuste de qualifier cet album de raté. Il ne m’a tout simplement pas apporté ce que j'attendais et encore moins le plaisir qu’ont pu me donner « The Electric Castle » ou « The Dream Sequencer ».


Plus d'information sur http://www.ayreon.com





LISTE DES PISTES:
01. Day One: Vigil
02. Day Two: Isolation
03. Day Three: Pain
04. Day Four: Mystery
05. Day Five: Voices
06. Day Six: Childhood
07. Day Seven: Hope
08. Day Eight: School
09. Day Nine: Playground
10. Day Ten: Memories
11. Day Eleven: Love
12. Day Twelve: Trauma
13. Day Thirteen: Sign
14. Day Fourteen: Pride
15. Day Fifteen: Betrayal
16. Day Sixteen: Loser
17. Day Seventeen: Accident?
18. Day Eighteen: Realization
19. Day Nineteen: Disclosure
20. Day Twenty: Confrontation

FORMATION:
Arjen Lucassen: Guitares / Basse / Claviers / Mandoline
Devin Townsend: Chant
Devon Graves: Chant
Eric Clayton: Chant
Heather Findlay: Chant
Irene Jansen: Chant
James Labrie: Chant
Joost Van Den Broek: Claviers
Ken Hensley: Claviers
Magnus Ekwall: Chant
Marcela Bovio: Chant
Martin Orford: Claviers
Mikael Åkerfeldt: Chant
Mike Baker: Chant
Oliver Wakeman: Claviers
   
(7) AVIS DES LECTEURS    
ABADDON
22/10/2007
  0 0  
3/5
Le seul Ayreon qui ne m’ait pas scotché ... Coïncidence, c’est également le seul qui ne parle pas de science-fiction. En s’imposant un thème (la part des émotions dans la construction de la vie d’un homme, tout un programme ! ) , Arjen Lucassen semble bridé dans sa créativité, et Human Equation parait nettement plus laborieux que les autres prestations du groupe. Restent quand même, surtout dans les passages musicaux, d’extraordinaires fulgurances qui rappellent tout le talent d’Arjen, heureusement !
STORM
21/08/2007
  0 0  
4/5
une très bonne alchimie entre metal et prog, de grandes mélodies.....les progueux et metalleux enfin unis par un groupe ? Merci à ce grand artiste !!!
DEFNAEL
21/08/2007
  0 0  
5/5
AYREON fait parti du sommet de la hierarchie progressive actuelle. The Human Equation est pour moi un incontournable du groupe. Plus metal qu'"Into The Electric Castle" mais moins que "Flight Of The Migrator", on retrouve tout les ingrédients qui faisaient la qualité des albums précédents :

Mélange de rock et de folklore avec l'instrumental "Playground" ou le puissant "Loser" (à noter que sur la version single le chorus de clavier est remplacé par une guitare et le clip est vraiment sympa) et de Prog/Rock bien puissant avec "Mystery" ou "Isolation". Tout cela interprété à la perfection comme d'habitude et l'on obtient encore un disque qui me semble incontournable pour tout amateur de rock progressif contemporain.

Voir les 7 avis des lecteurs
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.1/5 (11 avis)
STAFF:
3.8/5 (13 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
AYREON : Nouvelle vidéo
DERNIERE INTERVIEW
AYREON (23 FEVRIER 2017)
Music Waves avait de nouveau pris rendez-vous avec Arjen Lucassen pour évoquer le nouvel Ayreon...
 
AUTRES CHRONIQUES
TILES: Window Dressing (2004)
HARD ROCK MELODIQUE -
GREEN: Life (2003)
A.O.R. -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT AYREON
AYREON_Transitus
Transitus (2020)
2/5
3/5
MASCOT LABEL GROUP / METAL MELODIQUE
AYREON_The-Source
The Source (2017)
3/5
4.1/5
MASCOT LABEL GROUP / METAL MELODIQUE
AYREON_The-Theater-Equation
The Theater Equation (2016)
3/5
-/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
AYREON_The-Theory-of-Everything
The Theory Of Everything (2013)
5/5
4.3/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
AYREON_01011001
01011001 (2008)
4/5
4.3/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022