YES

(ROYAUME UNI)

MAGNIFICATION

(2001)
LABEL:

EAGLE ROCK ENTERTAINMENT

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Old School
"Mariage entre rock progressif mélodique et orchestre symphonique, "Magnification" confirme le retour de Yes sur le devant de la scène progressive."
BATRIC (26.02.2004)  
5/5
(4) Avis (0) commentaire(s)
En 2001 sort ce qui restera pour beaucoup l'album de la résurrection de Yes. Rick Wakeman n'est pas encore revenu confirmer le retour de la formation mythique de ce groupe qui ne vieillit pas mais avec "Magnification", Yes annonce clairement son intention de ne pas tomber dans l'oubli.

Alors que beaucoup pourraient avoir envie d'un retour aux grandes heures de "Close To The Edge" ou "Tales From Topographic Oceans", Yes arrive là où on ne l'attendait pas forcément, plus précisément dans le domaine du mariage entre rock progressif mélodique et orchestre symphonique. Le risque était grand de retomber dans certaines recettes faciles qui avaient pu donner le "90125" des années 80 ou de laisser libre court à une œuvre pompeuse et prétentieuse, mais Yes s'en sort parfaitement, avec tout le talent qu'on lui connaît.

Ainsi, les expérimentations sont nettement abandonnées et "Magnification" est un album qui saura séduire dès la première approche, même si chaque écoute apporte son lot de découvertes tant l'ensemble est empli de subtilités, essentiellement sur le plan des constructions rythmiques des morceaux. Les dissonances sont pratiquement inexistantes et remplacées par une subtile collaboration entre musique classique et rock, voire parfois des essais dans la plus pure tradition des musiques de films telles la fin de 'Dreamtime' ou le début de 'Give Love Each Day'.

Surtout, cet album marque le retour du Yes extrêmement inspiré, capable de génie et apte à transformer ce qui n'aurait pu être qu'un banal morceau pop en référence progressive. Ainsi, le travail effectué derrière des mélodies que l'on pourrait qualifier de faciles transforme 'Magnification', 'Don't Go' ou 'We Agree' en chefs-d'œuvre. Enfin, la seule présence d'un 'In The Presence Of', typique de ce que Yes sait faire de mieux, suffit à justifier l'écoute de cet album.

Avec "Magnification", Yes confirme sa grande forme. Nombre de fans pensaient qu'il ne manquait plus qu'un retour de Rick Wakeman derrière les claviers pour permettre à cette formation de se réinventer. C'est chose faite et tous les espoirs sont donc désormais permis.
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. Magnification - 07:15
02. Spirit Of Survival - 06:02
03. Don't Go - 04:27
04. Give Love Each Day - 07:44
05. Can You Imagine - 02:58
06. We Agree - 06:30
07. Soft As A Dove - 02:18
08. Dreamtime - 10:45
09. In The Presence Of - 10:24
10. Time Is Time - 02:09

FORMATION:
Alan White: Chant / Claviers / Batterie
Chris Squire: Chant / Basse
Jon Anderson: Chant / Percussions
Steve Howe: Chant / Guitares
   
(4) AVIS DES LECTEURS    
REALMEAN
13/03/2015
  0 0  
4/5
Il faut rendre à Yes ce qui appartient à Yes. Malgré ses parures symphoniques, "Magnification" ne s'apprivoise pas dès la première écoute. C'est un parcours lyrique, initiatique et spirituel, qui ne donnera le meilleur de lui-même qu'au prix d'une persévérance attentive de l'auditeur. Mais la récompense est à la mesure de l'effort consenti. La 4ème étoile est accordée haut la main avec le clou enfoncé par le sublime 'Give Love each day'. Pourtant, la mélodie, c'est pas trop la tasse de thé de la Yes connection... Mais quand ils décident de s'y mettre, ça déchire tout ! ("Talk" est la référence en la matière, de mon point de vue)
"Magnification" est un album imprégné d'une magie lumineuse. Le groupe prouve ici qu'il sait produire une musique à la beauté éclatante, en marge à la fois des sentiers balisés du pop/rock, du néo-prog des années 90, et de ceux souvent incertains de la musique expérimentale. Il ne s'agit pas non plus d'un mélange de tout cela. C'est une synergie créative dont peu de groupes sont capables. Magistral !

PROGZÉLITE
21/08/2007
250
  0 0  
5/5
Avec ce cd Yes entame sa cinquième décennie de présence ininterrompue (1er album en 1969).
On pourrait craindre une usure fatale. Et bien c'est tout le contraire !
Pourtant le mariage groupe rock + orchestre symphonique est risqué. Il a donné lieu à quelques réussites rares (le Salisbury d'Uriah Heep par ex), mais aussi à des tentatives avortées (Atom Heart Mother du Floyd et le Live at Edmonton de Procol Harum). Yes a eu l'intelligence de comprendre que dans cette configuration la présence des claviers était redondante avec l'orchestre. D'ou leur absence quasi totale (à part du piano joué par A. White sur un titre).
Et la réussite est totale. Dès les premiers arpèges de la fabuleuse guitare de S. Howe, la magie est là. C'est la voix toujours aussi juvénile de J. Anderson qui donne le tempo. Et si la basse de C. Squire est tout simplement hallucinante, la justesse et la précision d'A. White laissent pantois.
Cette musique somptueuse, habitée par la grâce, provoque une joie proche de l'euphorie, le tout sans l'aide de substances illicites !
Note : 9,5 (car "la perfection n'est pas de ce monde").

KEITH_WAKEMAN
21/08/2007
  0 0  
3/5
Le meilleur Yes depuis bien longtemps OK ... un orchestre classique d'accord ... mais il manque un clavier ...
Vous n'auriez pas vu ou j'ai mis mon clavier, j'lai perdu.
Un Moraz, un Wakeman, un Kaye ... peu importe !!!
Peut on raisonnablement imaginer du Yes sans clavier ?

Voir les 4 avis
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.2/5 (6 avis)
STAFF:
4.2/5 (6 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
YES : UNE VIDEO POUR MIRROR TO THE SKY
DERNIER ARTICLE
HOMMAGE A CHRIS SQUIRE (04/03/1948 - 27/06/2015)
Music Waves rend un hommage à cet immense musicien qui vient de nous quitter et qui entre au panthéon des bassistes du prog...
DERNIERE INTERVIEW
YES (13 MAI 2014)
Le légendaire groupe Yes était de passage pour une date exceptionnelle à Paris. Impossible pour Music Waves de ne pas rencontrer le seul membre à avoir participé à tous les albums pour une trop brève interview qui toutefois comporte son scoop !
 
AUTRES CHRONIQUES
MIKE OLDFIELD: Platinum (1979)
ROCK PROGRESSIF -
BLACKFIELD: Blackfield (2004)
POP - Si vous n’êtes pas rebutés par un style FM couplet/refrain et que vous êtes attirés par les jolies ballades rock baignant dans une ambiance mélancolique, Blackfield devrait combler vos attentes.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT YES
YES_Mirror-To-The-Sky
Mirror To The Sky (2023)
4/5
3.7/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
YES_The-Quest
The Quest (2021)
2/5
3.4/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
YES_Like-it-is
Like It Is (2014)
3/5
-/5
FRONTIERS RECORDS / ROCK PROGRESSIF
YES_Heaven-And-Earth
Heaven And Earth (2014)
2/5
2.7/5
FRONTIERS RECORDS / ROCK PROGRESSIF
YES_Fly-From-Here
Fly From Here (2011)
4/5
3.3/5
FRONTIERS RECORDS / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024