ARTISTE:

TAURUS & PISCES

(HOLLANDE)
TITRE:

INERTIA

(2010)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
80's, Mélancolique, Planant
""
MARC M (14.06.2010)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Derrière ce patronyme ouvertement inspiré par l'astrologie se cache un duo de musiciens hollandais. Le "Taureau", c'est Peter Everts (50 printemps cette année !), un guitariste devenu un homme d'affaires, puis producteur. Comme quoi, la musique lui a toujours tenu à cœur. Le "Poissons" s'appelle en fait Gert Bruins. Ce vieil ami d'Everts - 48 ans cette année - n'est donc pas non plus un jeunot mais il s'est semble-t-il mis à la musique sur le tard (notre homme a fait également partie de deux formations, Less Than Serious et Dikke Bertha, un groupe de rock alternatif).

Au sein de la formation, les deux hommes se partagent le chant et l'instrumentation, quoique Bruins chante davantage de morceaux. Everts préfère souvent traiter sa voix, un peu à la façon de Steven Wilson et Arjen Lucassen, alors que Bruins possède un timbre suave médium qui sonne de manière plus naturelle. Les deux hommes chantent également ensemble sur quelques morceaux.

Seule la batterie est programmée (ce qui est parfois un peu trop évident) et les claviers occupent une part importante des arrangements, que ce soit à travers des timbres réels (violons, piano, orgue) ou plus artificiels. Les orchestrations sont d'ailleurs des plus réussies. "Inertia" sonne pourtant de manière un peu froide, au premier abord. Ceci dit, étant donné que les deux hommes semblent vraiment aimer les formations où officie Steven Wilson (Porcupine Tree et No-Man) la relative froideur du son est peut-être voulue. Mais le mélange guitare acoustique et batterie programmée est un peu incongru.

Sur neuf morceaux, on compte un instrumental assez bref et huit chansons dont la durée varie en gros entre 5 et 8 minutes, sans grande complexité rythmique, ni développement particulièrement fouillé, mais avec à l'occasion quelques évolutions inhabituelles. En fait, Taurus & Pisces se situe assez souvent dans les franges du rock progressif. Plus précisément, il ressort que le duo pratique un rock planant, orchestré et introspectif avec quelques connotations modernes.

Le premier titre, le plus long, démarre sur une longue introduction orchestrale avant que n'arrivent des guitares assez lourdes, qui cèdent vite la place à un mélange guitare acoustique/piano/cordes sur lequel s'élève une voix medium, suave et paisible, qui trace une mélodie partiellement orientalisante. Un thème vocal secondaire, un beau solo de guitare et le tour est joué. Le second morceau semble plutôt inspiré par la new-wave romantique des années 80 dans sa mélodie, avec une boîte à rythme typique, des nappes de synthétiseurs futuristes, auxquelles s'ajoute cependant un piano électrique distordu. Le rythme est plutôt lent, contrairement à ce qui se faisait le plus à l'époque. Encore une fois, une guitare plus lourde (au son un peu sale) fait quelques apparitions ici et là mais sur "Mirror Images", l'ensemble est plutôt monotone.

Ceci dit, il y a quand même des titres plus enlevés, comme "Borderline". C'est cependant dans ses moments plus mélancoliques comme avec "Schooldays" que Taurus & Pisces est le plus convaincant. Difficile de résister à sa mélodie touchante, arrangée avec guitare acoustique, piano, cordes et orgue Hammond. La ballade "Under My Skin" qui mélange boucles rythmiques, guitares acoustiques puis des synthétiseurs planants est elle aussi assez attachante, de même que l'instrumental très intimiste "1975". Le mélange de guitares acoustiques et électriques, et de claviers se retrouve sur le dernier morceau un peu plus enlevé, aux parties instrumentales légèrement plus développées que la moyenne, avec encore une fois de beaux soli de guitare où la mélodie prime sur la technique.

D’accord, certains reprocheront à cet album une certaine lenteur et peut-être un certain manque d'ampleur mais cela vient un peu des arrangements, du son général, qui pourra progresser à l'avenir. "Inertia "contient son lot de bonnes mélodies, d'atmosphères mélancoliques parfois émouvantes. Et puis les parties vocales sont de bonne facture. Il faut être dans le bon état d'esprit pour pleinement apprécier cet opus, sans s'attendre à une révolution musicale.

Malgré quelques défauts de production (ces imitations parfois un peu froides de claviers authentiques, et la basse est difficilement audible), "Inertia" est un opus tout à fait plaisant et recommandable, pour tous ceux qui apprécient le côté le plus mélodique de No-Man et Porcupine Tree, entre autres. Un groupe à suivre en tout cas.


Plus d'information sur http://www.taurusandpisces.com



GROUPES PROCHES:
PORCUPINE TREE, BLACKFIELD, NO MAN


LISTE DES PISTES:
01. Things Can Turn (8:05)
02. Mirror Images (6:21)
03. Borderline (5:14)
04. Schooldays (5:41)
05. 1975 (3:33)
06. Same (5:34)
07. Politics (5:25)
08. Under My Skin (6:00)
09. Sweet Lucidity (6:57)

FORMATION:
Gert Bruins: Chant / Guitares / Basse / Claviers
Peter Everts: Chant / Guitares / Basse / Claviers / programmation batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (1 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
THE QUIREBOYS: Homewreckers & Heartbreakers (2008)
ROCK - Non, le Rock n’est pas mort car les Quireboys chantent encore
DEW-SCENTED: Invocation (2010)
THRASH -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022