ARTISTE:

DEEP PURPLE

(ROYAUME UNI)
TITRE:

BURN

(1974)
LABEL:

EMI

GENRE:

HARD ROCK MELODIQUE

TAGS:
Bluesy, Chant éraillé, Old School
""
ZOSO (06.03.2009)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

L'année 1973 sera assez marquante pour Deep Purple. Suite aux tensions entre Blackmore et Ian Gillan, ce dernier quitte le groupe. Il sera bientôt suivit par Roger Glover qui laisse ainsi le groupe sans bassiste ni chanteur. Le recrutement de Glenn Hughes en tant que bassiste-chanteur est sensé améliorer la situation, mais Blackmore n'aime pas la voix de Hughes, et c'est ainsi qu'est recruté un illustre inconnu à l'époque : David Coverdale. Le groupe entre donc en studio à Montreux pour accoucher de leur huitième album studio en six ans. Ce sera "Burn".

Le son de Deep Purple n'a pas subi de modifications majeures suite aux départs de Gillan et Glover. Les morceaux sont identifiables immédiatement comme appartenant au groupe, avec ce style carré et mélodique qui lui est bien connu. Blackmore est particulièrement reconnaissable avec des partie de guitares baroques et géniales qui parsèment l'album. Toutefois, quelques modifications sont forcément à noter. D'une part la basse de Glenn Hughes est différente de ce à quoi Roger Glover nous avait habitué. Là ou ce dernier avait des lignes rondes et fluides, le premier a un son plus claquant et rythmique et un jeu moins aventureux. D'autre part les vocaux sont gérés différemment. La présence de Hughes comme choriste permet d'ajouter des chœurs (sans blague ?) qui mettent efficacement en valeur certains refrains ("Burn"). Coverdale n'a quant à lui pas à souffrir de la comparaison avec Gillan car il possède un chant puissant et éraillé qui conviendra parfaitement aux fans.

Mais l'avantage de ce changement de personnel se ressent surtout au niveau des compositions. En effet, un véritable sang neuf est apporté à un groupe qui menaçait de s'auto-parodier. Coverdale est crédité sur sept des huit morceaux de l'album et Hughes, contrairement à ce qu'indique la pochette, est également impliqué dans la composition. Le résultat, ce sont des morceaux inspirés et variés. Que ce soient le jouissif "Burn" et ses délires de claviers qui retombent sur un riff assassin, les harmonies vocales de "Lay Down, Stay Down", ou le rythme free-jazzy de "You Fool No One", cet album regorge de passages enthousiasmants. John Lord délaisse un peu son éternel son d'orgue pour d'autre sonorités plus modernes, et pour tenter des interventions au piano ("What's Going On Here") dans l'ensemble assez réussies.

"Burn" possède donc tous les atouts d'un excellent album. Malheureusement j'émettrais quelques réserves sur la production. Le son est assez brouillon dans l'ensemble, et en particulier la batterie de Ian Paice, trop encombrante (la comparaison avec "In Rock" est édifiante). La voix de Coverdale pourrait également être mieux exploitée. J'ai l'air de pinailler, mais sans ces petits défauts qu'il est difficile d'ignorer, cet album serait excellent ! C'est donc dommage à ce niveau là, mais "Burn" reste un très bon album de Deep Purple, et un incontournable du hard rock.


Plus d'information sur http://www.deeppurple.com/





LISTE DES PISTES:
01. Burn - 06:05
02. Might Just Take Your Life - 04:36
03. Lay Down, Stay Down - 04:15
04. Sail Away - 05:48
05. You Fool No One - 04:47
06. What's Goin' On Here - 04:55
07. Mistreated - 07:25
08. "a" 200 - 03:51

FORMATION:
David Coverdale: Chant
Glenn Hughes: Chant / Basse
Ian Paice: Batterie
John Lord: Claviers
Ritchie Blackmore: Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.6/5 (7 avis)
STAFF:
4.3/5 (9 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
DEEP PURPLE: Détails et extraits de 'Turning To Crime'
DERNIER ARTICLE
Deep Purple + Monster Truck - Lille -Zenith Arena - 01 Juin 2017
Deep Purple est de retour dans le Nord pour un concert en forme d'évènement, le groupe ayant annoncé se lancer dans une longue tournée d'adieu.
DERNIERE INTERVIEW
DEEP PURPLE (09 OCTOBRE 2020)
Alors que le groupe était censé mettre un terme à sa carrière légendaire, Deep Purple revient avec un nouvel album, "Whoosh!", aussi réussi qu'inattendu, que le guitariste Steve Morse est venu nous présenter.
 
AUTRES CHRONIQUES
U2: Achtung Baby (1991)
ROCK -
BROKEN EDGE: Kaos/Fear (2009)
METALCORE -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DEEP PURPLE
DEEP-PURPLE_Turning-To-Crime
Turning To Crime (2021)
3/5
1.8/5
EAR MUSIC / HARD ROCK
DEEP-PURPLE_Whoosh
Whoosh! (2020)
4/5
3.4/5
VERYCORDS / HARD ROCK
DEEP-PURPLE_Infinite
Infinite (2017)
4/5
3.6/5
EAR MUSIC / HARD ROCK
DEEP-PURPLE_Live-In-Paris-1975
Live In Paris 1975 (2013)
4/5
4.5/5
EAR MUSIC / ROCK
DEEP-PURPLE_Now-What
Now What (2013)
4/5
4.1/5
VERYCORDS / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022