ARTISTE:

SHAPE OF DESPAIR

(FINLANDE)
TITRE:

RETURN TO THE VOID

(2022)
LABEL:

SEASON OF MIST

GENRE:

DOOM

TAGS:
Chant féminin, Growl, Mélancolique
"Avec "Return To The Void", Shape Of Despair entame un retour dans les méandres du pur funeral doom sans renoncer à ses velléités les plus atmosphériques et émotionnelles."
CHILDERIC THOR (30.06.2022)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Si son rythme de travail est aussi lent que sa musique, laissant filer de (trop) nombreuses années entre chacune de ses offrandes, Shape Of Despair offre pourtant déjà un successeur à "Monotony Fields". Déjà ? Sept ans, c'est évidemment très long entre deux albums mais pas pour les Finlandais auxquels une bonne dizaine d'années furent nécessaires pour compléter leur maigre discographie en 2015 d'un tardif troisième opus après un "Illusion's Play" (2004) qui a longtemps paru incarner la pierre tombale de ses auteurs.

Glissant album après album vers un art moins suicidaire, allant jusqu’à décevoir avec leur dernière production de nombreux fans de la première heure, nous restions figés dans nos souvenirs de l'originel "Shades Of...", paru il y a vingt-deux ans, dont la dépression inégalable continue de nous hanter. Par son titre, "Return To The Void" annonce d'emblée un retour vers le pur funeral doom des origines. Et si la mélancolie glaciale et nocturne de "Shades Of..." reste définitivement révolue, ne serait-ce que parce que Jarno Salomaa et sa troupe ne sont plus ceux qu'ils étaient il y a vingt ans, force est de reconnaître que ce cinquième poème doloriste renoue d'une certaine manière avec la grâce brumeuse de "Angels Of Distress" sans toutefois renoncer à cette pâleur romantique qui drape tel un suaire le doom tissé par les Finlandais depuis "Illusion's Play".

La beauté émotionnelle doit évidemment beaucoup aux mélopées spectrales de Natalie Koskinen dont l'importance au sein de cet édifice embruiné n'a jamais été aussi prégnante, à l'image du morceau-titre ou de 'Dissolution' qu'elle nimbe d'une fragilité vaporeuse et d'un espoir timide. Mais le massif 'Solitary Downfall' nous rappelle que Shape Of Despair demeure le maître incontesté de ces processions funéraires, immobiles et (a)battues par une inexorable contrition. Les guitares y tissent une toile dont chaque fil est une absolue note de tristesse tandis que les multiples lignes vocales, claires et lointaines, se diluent dans cet épais brouillard.

Alors que 'Reflection In Slow Time' illustre la puissance abyssale de Henri Koivula, dont le chant a quelque chose d'une foreuse s'enfonçant dans de vertigineuses fosses marines, 'Forfeit' trouve l'équilibre parfait entre torpeur charbonneuse et majesté quasi élégiaque, syncrétisme poignant vers lequel les Finlandais tendent avec "Return To The Void", œuvre qui à la fois s'enracine dans le substrat cotonneux et tellurique des débuts mais pousse aussi une porte vers un territoire plus atmosphérique, moins lugubre et plus émotionnel.

En cela, ce cinquième album cultive une troublante ambivalence, creusée dans le pur funeral doom et pourtant introspectif, fouillant l'intime et sondant l'âme qu'il retourne avec une délicatesse qui confine à l'irréel.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/shapeofdespairofficial





LISTE DES PISTES:
01. Return To The Void - 9:14
02. Dissolution - 8:59
03. Solitary Downfall - 11:06
04. Reflection In Slow Time - 8:08
05. Forfeit - 8:00
06. The Inner Desolation - 11:48

FORMATION:
Daniel Neagoe: Batterie
Henri Koivula: Chant
Jarno Salomaa: Guitares / Claviers
Natalie Koskinen: Chant
Sami Uusitalo: Basse
Tomi Ullgrén: Guitares / Basse
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
SHAPE OF DESPAIR: Sortie de la démo "Alone In The Mist"
 
AUTRES CHRONIQUES
MUDWEISER: The Call (2022)
STONER - Galette de stoner sombre et burné, teigneux et vicié, "The Call" nous rappelle que Mudweiser n'a plus rien à prouver, maître du gros riff velu chauffé au soleil des grands espaces américains.
MICHAEL MONROE: I Live Too Fast To Die Young (2022)
HARD ROCK - Véritable condensé de fraîcheur, de rage et d’optimisme, "I Live Too Fast To Die Young" est la preuve de la liberté artistique d’un Michael Monroe qui dégaine un des meilleurs opus de sa talentueuse carrière.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT SHAPE OF DESPAIR
SHAPE-OF-DESPAIR_Alone-in-the-Mist
Alone In The Mist (2016)
3/5
-/5
SEASON OF MIST / DOOM
SHAPE-OF-DESPAIR_Monotony-Fields
Monotony Fields (2015)
4/5
-/5
SEASON OF MIST / DOOM
SHAPE-OF-DESPAIR_illusion-s-play
Illusion's Play (2004)
4/5
3/5
SPIKEFARM / DOOM
SHAPE-OF-DESPAIR_ANGELS-OF-DISTRESS
Angels Of Distress (2001)
4/5
4/5
SPINEFARM RECORDS / DOOM
SHAPE-OF-DESPAIR_SHADES-OF
Shades Of (2000)
4/5
4/5
SPIKEFARM / DOOM
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022