ARTISTE:

HEART HEALER

(SUÈDE)
TITRE:

THE METAL OPERA BY MAGNUS KARLSSON

(2021)
LABEL:

FRONTIERS RECORDS

GENRE:

METAL MELODIQUE

TAGS:
Chant féminin, Epique, Symphonique, Théatral
"Ce "Metal Opera by Magnus Karlsson" est moins convaincant que ce à quoi nous pouvions nous attendre, ce malgré la présence d'un orchestre classique et de sept chanteuses métalliques."
LYNOTT (22.03.2021)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (3) commentaire(s)

Moins d’un an après l’excellent "We Are The Night" (Free Fall), Magnus Karlsson revient nous rendre une petite visite. Cette fois, le prolifique guitariste et compositeur suédois (Primal Fear, The Ferrymen, Allen/Lande, Last Tribe) s’essaye au metal-opéra avec un combo dénommé "Heart Healer". Accompagné d’un orchestre composé d’une violoncelliste, d’une violoniste et d’un batteur, se chargeant lui-même des travaux de guitare/basse et des claviers, il a confié les partitions vocales à sept chanteuses issues du monde du hard rock.

En l’honneur de cette originalité (et de ces dames), chacune interprétant un personnage, présentons-les : Adrienne Cowan (Seven Spires, Masters of Ceremony), Ailyn Gimenez (Her Chariot Awaits, ex-Sirenia), Youmna Jreissati (Ostura), Netta Laurenne (Smackbound), Noora Louhimo (Battle Beast), Margarita Monet (Edge of Paradise) et, last but not least, Anette Olzon (Dark Element, ex-Nightwish). Karlsson explique les motivations l’ayant conduit à se lancer dans ce projet en mettant en avant son intérêt grandissant pour la musique d’orchestre, et son envie de mêler les sons épiques et dramatiques qu’elle peut offrir, avec ceux, plus métalliques, auxquels ses instruments de prédilection nous ont habitués. Plutôt versé jusque-là à composer pour des voix masculines, il a souhaité saisir l’occasion de cet exercice conceptuel pour enfoncer le clou de la nouveauté et ne faire appel qu’à des dames pour conter cette histoire d’amnésique dotée de pouvoirs de guérisseuse. Lors de son parcours l’emmenant à s’affaiblir un peu plus à chaque soin qu’elle dispense, elle rencontre des femmes lui accordant leur aide, ou la chassant, poussées par la crainte qu’elles ressentent.

Le style caractéristique du Monsieur est aisément reconnaissable ici. L’ensemble est épique, symphonique, dramatique et proche d’une bande-son qu'aurait pu composer le prolifique Hans Zimmer ('Le Prince d’Egypte', 'The Dark Knight Rises', 'Le Roi Arthur', 'Gladiator'...). Empreint d’éléments nous rappelant les travaux de Nightwish, cet album fait par ailleurs la part belle aux guitares virevoltantes du maître des lieux. A l’évocation de ces caractéristiques, croyant par ailleurs dur comme fer en l’imagination inépuisable du grand blond, nous pourrions penser que nous tenons là une perle musicale. N’a-t-il pas jusque-là en effet satisfait nos appétits mélodiques sans faillir ?

Las, c’est une certaine déception qui nous attend à l’écoute de ce metal-opéra. En effet, bien qu’il puisse possiblement être diffusé en fond sonore lors d’un apéro entre métalleux, il ne retiendra pas sur la durée l’attention d’un auditeur concentré sur son sujet. Le talent des interprètes féminines n’est pas à blâmer ici, elles ont suffisamment prouvé leur talent par le passé. Toutefois, il est peu évident de différencier leurs voix et donc d’entrer pleinement dans ce concept-album qui nécessiterait pour ce faire, ça va de soi, de pouvoir individualiser les personnages qu’on y rencontre. Par ailleurs, bien que Karlsson fasse un festival dans les soli dont il parsème son œuvre, il faut bien avouer que les riffs concoctés sont bien moins marquants que ceux dont il sait habituellement nous régaler.

Ainsi, les titres, particulièrement homogènes s’égrènent sans qu’il puisse être permis de réellement les différencier, même après plusieurs écoutes. L’intensité est aux abonnés absents et la monotonie des propos finit du coup par ennuyer. Nous voilà donc bien désolés pour notre Suédois préféré. Lui qui estime ce projet comme le plus important et le plus exigeant sur lequel il ait travaillé jusque là, risque ici de ne pas contenter l’ensemble de ses suiveurs. Il est vrai que ce stakhanoviste de la composition métallique risquait inévitablement, un jour ou l’autre, de connaître une baisse de régime. Toute source d’inspiration est amenée à voir son débit s’affaiblir s’il ne lui est pas laissé un temps suffisant pour se revivifier.

Conceptualiser en solo un metal-opéra dans lequel cohabitent instruments à cordes de musique classique et guitares à tendance métallique, tout en jouant les chefs d’orchestre d’un ensemble vocal de déesses métalleuses, s’avérait peu aisé. L’ampleur du projet était colossale et nous saluerons donc son audace, tout en espérant que cet album concept partiellement réussi sera suivi d’une aventure plus enthousiasmante du Suédois. Il nous a tellement habitué à mieux...


Plus d'information sur https://www.facebook.com/magnuskarlssonofficial





LISTE DES PISTES:
01. Awake
02. Come Out Of The Shadows
03. Who Can Stand All Alone
04. Back To Life
05. Into The Unknown
06. When The Fire Burns Out
07. Evil’s Around The Corner
08. Mesmerized
09. Weaker
10. This Is Not The End

FORMATION:
Anders Köllerfors: Batterie
Daniel Tengberg: Violoncelle
Erika Sävström Engman: Violon
Magnus Karlsson: Chant / Guitares / Claviers
Adrienne Cowan: Chant / Invité
Ailyn: Chant / Invité
Anette Olzon: Chant / Invité
Margarita Monet: Chant / Invité
Netta Laurenne: Chant / Invité
Noora Louhimo: Chant / Invité
Youmna Jreissati: Chant / Invité
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(3) COMMENTAIRE(S)    
 
 
KINGEDDIE
27/03/2021
 
66
0
Merci beaucoup mais c'est trop d'honneur pour l'humble amateur que je suis..
LYNOTT
26/03/2021
  0
Il est bien ce Kingeddie, faut l'embaucher Patron !
KINGEDDIE
25/03/2021
 
66
0
Encore une fois je rejoins Lynott : si j'arrive à apprécier l'énorme travail de Magnuss pour mettre sur pied une telle entreprise, je reste sur ma faim pour plusieurs raisons :
D'abord le concept même de l'opéra métal me laisse perplexe : des morceaux qui défilent un peu anonymement avec uniquement des voix féminines qui quoi qu'on en dise se ressemblent pas mal ( c'est laquelle qui chante là ?)
La structure des morceaux mixant des orchestrations symphoniques et des riffs déliés avec des choeurs liturgiques en fond sonore, ça fait trop d'informations pour moi..
Enfin, l'absence de signature forte sans doute provoquée par une production impeccable mais aussi uniforme et au final, une linéarité des morceaux...bref on s'ennuie assez rapidement..
Je sais le talent incontestable de Magnuss qui survivra facilement à cette "sortie de route" , donc rendez-vous au prochain Free Fall...
Haut de page
LECTEURS:
3/5 (1 avis)
STAFF:
3.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
HEART HEALER: The Metal Opera By Magnus Karlsson
 
AUTRES CHRONIQUES
EVANESCENCE: The Bitter Truth (2021)
NEO/NU METAL - Avec "The Bitter Truth", Evanescence effectue un retour en force, proposant un cocktail entre pop, metal gothique et aspects aériens chargés de mélancolie.
NILS PATRIK JOHANSSON: The Great Conspiracy (2020)
HEAVY METAL - "The Great Conspiracy" revient sur l'assassinat d'Olaf Palme en 1986. Nils Patrick Johansson livre un disque de heavy passionnant, à la fois baroque, théâtral et puissant.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021