ARTISTE:

MONSTER MAGNET

(ETATS UNIS)
TITRE:

LAST PATROL

(2013)
LABEL:

NAPALM RECORDS

GENRE:

STONER

TAGS:
Psychédélique
"Monster Magnet offre le disque que nous n'espérions plus, additionnant au space rock psyché des origines la maturité acquise au fil d'une carrière longue de plus de vingt ans. Une excellent surprise ? Mieux, une résurrection !"
CHILDERIC THOR (19.11.2013)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Bien que considéré - à raison - comme une des figures tutélaires du Stoner Rock, il n'en demeure pas moins que le temps où Monster Magnet enflammait les platines paraît loin désormais. Atteignant son apogée commerciale à la fin des années 90 avec "Powertrip", le groupe a par la suite tout doucement commencé à ronronner, publiant des albums avec régularité mais sans grande magie non plus. Le fait qu'il soit hébergé depuis dix ans chez des labels européens, SPV tout d'abord, Napalm Records actuellement, confirme un succès en berne sur son propre sol quand bien même Dave Windorf, son incontestable leader, aime à voir dans cet arrimage au vieux continent un retour aux sources.

De fait, malgré une qualité d'écriture tenace, nous n'attendions pas forcément grand chose du successeur de "Mastermind". A tort. Inutile de tourner autour du pot plus longtemps : c'est un Monster Magnet régénéré que nous (re)découvrons grâce à ce "Last Patrol" aussi inespéré que miraculeux. Plus flamboyant aussi. Plus inspiré tout simplement. Wyndorf semble enfin avoir compris que son combo n'a jamais été aussi excitant qu'à ses débuts, lorsqu'il se prenait pour le Hawkwind le plus halluciné, lorsque son Rock dégoulinait un fluide psyché par tous les pores. C'était l'époque rêvée du démentiel "25 Stab" puis de "Dopes To Infinity". C'était l'époque où les Américains baignaient dans la came.

Alors bien entendu, "Last Patrol" n'est pas "Spine Of God" mais de toutes les skeuds vidangés depuis quinze ans, il est celui qui s'en rapproche le plus, autant dans l'esprit que dans la réussite. Assagi et clean peut-être, le groupe renoue donc pourtant avec ses premières amours sans qu'on puisse toutefois lui reprocher de céder aux sirènes de la nostalgie, du réchauffé.

Ce retour vers le rock psyché et spatial s'illustre tout d'abord par une prise de son chaleureuse, à l'ancienne, une production qui a une âme, tellement loin du gros son gonflé de "Powertrip" et "God Says No". C'est ensuite ce feeling humide qui coule dans les veines de ces compos toutes plus jouissives les unes que les autres. La patte des Américains reste pourtant toujours aisément identifiable, principalement grâce aux interventions de Wyndorf, aussi bien derrière le micro qu'en empoignant sa guitare.

Comme toujours, copieusement rempli avec son menu bourré jusqu'à la gueule, "Last Patrol" n'en déroule pas moins une curieuse construction, laquelle place le titre (éponyme) le plus long, de plus de neuf minutes, presque en ouverture, position à contre-courant des standards habituels qui imposent plutôt de caler ce genre de morceau de bravoure en fin de parcours. Loin d'en amoindrir l'impact, l'album gagne dans ce choix une force incontestable. Le risque était pourtant grand de voir le souffle retomber une fois passée cette piste monumentale aux allures d'épopée cosmique, galopant dans l'espace et que propulse une rythmique du feu de dieu.

Ambiances duveteuses nimbées d'ondes spatiales et riffs en forme de rampe de lancement vers les étoiles caractérisent ce départ vers un autre monde auquel succède par bonheur des morceaux certes d'une autre trempe, moins grandioses peut-être - encore que 'End Of Time' n'ait rien à lui envier en terme de pouvoir d'envoûtement - mais tout aussi imparables. Ceux-ci convoquent l'Orient ('Three Kingfishers'), abattent du gros plomb ('Mindless Ones'), ondulent d'une manière hypnotique à grand coup de Mellotron zeppelinien ('The Duke (of Supernature)'). Les guitares sont belles à en pleurer, à l'image du final de 'One Dead Moon', les arrangements donnent des frissons. 

Monster Magnet a la classe. Le groupe offre le disque que nous n'espérions plus, additionnant au space rock psyché des origines la maturité acquise au fil d'une carrière longue de plus de vingt ans. Une excellent surprise ? Mieux, une résurrection !


Plus d'information sur https://www.facebook.com/monstermagnet





LISTE DES PISTES:
01. I Live Behind The Clouds
02. Last Patrol
03. Three King Fishers
04. Paradise
05. Hallelujah
06. Mindless Ones
07. The Duke (of Supernature)
08. End Of Time
09. Stay Tuned

FORMATION:
Bob Pantella: Batterie
Dave Wyndorf: Chant / Guitares
Ed Mundell: Guitares
Jim Baglino: Basse
Phil Caivano: Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (1 avis)
STAFF:
4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
MONSTER MAGNET: Nouvelle vidéo
 
AUTRES CHRONIQUES
BLOODY PRIDE: Unleash Your Wrath (2013)
DEATH METAL - Proche d'un Arch Enemy, Bloody Pride hisse bien haut l’étendard du death métal français avec ce premier album.
ROVO AND SYSTEM 7: Phoenix Rising (2013)
ROCK PROGRESSIF - Mélange improbable de rock prog-psyché 70 et de musique electro-ambiant, Phoenix Rising est une véritable réussite qui captivera sans peine chacun des deux publics.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MONSTER MAGNET
MONSTER-MAGNET_A-Better-Dystopia
A Better Dystopia (2021)
4/5
-/5
NAPALM RECORDS / STONER
MONSTER-MAGNET_Mindfucker
Mindfucker (2018)
4/5
3.5/5
NAPALM RECORDS / STONER
MONSTER-MAGNET_Milking-The-Stars
Milking The Stars (2014)
4/5
4/5
NAPALM RECORDS / STONER
MONSTER-MAGNET_4-Way-Diablo
4-Way Diablo (2007)
4/5
-/5
SPV STEAMHAMMER / STONER
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022