MW / Accueil / Avis / MARILLION: Sounds That Can t Be Made
FILTRES  
  • PAR NOTE
  • PAR GENRE
  • PAR TAGS
Album MARILLION SOUNDS THAT CAN'T BE MADE MARILLION
SOUNDS THAT CAN'T BE MADE (2012)
RACKET RECORDS
ROCK PROGRESSIF
2/5
REALMEAN
26/12/2012
  0 0
C'est quand même du Marillion tout craché. Alambiqué, torturé, parfois atone au moment où il ne faudrait pas l'être. Il faut se lever de bonne heure pour décrypter la démarche.
Pour rehausser le tout, on a droit au moins au superbe phrasé de guitare électrique clôturant le titre éponyme, opportunément repris par le final de 'Montréal'. Mais en dépit des éclaircies, ici et là, je n'échangerais ni "Marbles", ni "Happiness is the Road", ni même "Somewhere Else", contre ces 'sons qui ne peuvent être produits' et que Marillion produit quand même.
6,5/10

Album MARILLION SOUNDS THAT CAN'T BE MADE MARILLION
SOUNDS THAT CAN'T BE MADE (2012)
RACKET RECORDS
ROCK PROGRESSIF
5/5
THEYET
23/10/2012
 
80
0 0
Nouvel album de Marillion très attendu au tournant après un "Happiness" quelque peu décousu à mon goût.
Cet album est plus homogène, et chaque titre bien à sa place. En parlant de place, l'album débute par un gros morceau("Gaza") avec plusieurs mouvements s'enchaînant de manière abrupte : ça commence doucement un peu electro puis le morceau devient rageur, distorsion de guitare ça devient presque heavy, puis vient l'accalmie et à nouveau le titre monte en puissance et là le calme, moment planant vers sans doute l'un des moment les plus poignants qu'ait pu nous offrir Marillion : frissons garantis ! Une vraie osmose se crée entre la voix de H et un solo de Steve R bourré d'émotion. Ce titre symbolise musicalement la situation que peut vivre un enfant de Gaza entre colère, découragement et espoir. Puis s'enchaînent trois morceaux plus accessibles, 'Sounds ...' est un titre pop subtil, 'Pour my Love', une petite ballade délicate, et 'Power' me fait tripper avec sa basse mise en avant. 'Montréal' me fait littéralement décoller vers cette ville, comme si Marillion nous faisait une soirée diapo. musicale. J'adore 'Lucky Man' qui apporte un petit côté bluesy avant le dernier titre tout en douceur sur l'incompréhension s'installant dans un couple.
H chante merveilleusement bien tout au long de l'album, moins plaintif que sur le précédent, Steve R délivre des parties de guitare de toute beauté, quel toucher et quelle sensibilité (mais quel dommage ce son de guitare à la Asylum sur la fin de 'the Sky...' !), les claviers sont bien présents et pas envahissants à mon goût. Le groupe s'est bien lâché sur cet album varié, bourré d'excellents moments auxquels je me raccroche. Un must.

Album MARILLION SOUNDS THAT CAN'T BE MADE MARILLION
SOUNDS THAT CAN'T BE MADE (2012)
RACKET RECORDS
ROCK PROGRESSIF
2/5
ELVAD
21/10/2012
 
111
0 0
J'aurais tendance à rejoindre l'avis de Corto. (A la différence que je suis fan depuis le début. Ou plutôt j'étais). Non, vraiment j'ai beau faire un effort, je n'arrive pas à accrocher à ce nouvel album. (et c'est le cas depuis "Somewhere Else"). Steve Hogarth en fait un peu trop dans l'émotion, Steve Rothery ne se distingue que sur de trop rares morceaux (écouter "Lucky man"), la batterie de Ian Mosley est reléguée au second plan. Restent les claviers de Mark Kelly, omniprésents. Deux très longues pièces sur ce disque (Gaza plus de 17' et Montréal 14') qui m'ont plus ennuyé qu'impressionné. On redresse l'oreille sur "Power", la chanson peut-être la plus accessible de l'album. Pour le reste, rien de nouveau par rapport aux deux précédents albums.
Dommage, car on sent (mais ce n'est pas une surprise) une cohésion parfaite entre les musiciens, ainsi qu'un potentiel évident. D'où quelques passages ici où là, qui nous rappellent que Marillion est capable du meilleur, et que ce groupe n'est jamais aussi bon que quand il nous fournit un vrai rock progressif. Pour ces trop brefs passages, on fera preuve d'un peu d'indulgence. Un point supplémentaire pour cet album (qui mériterait un "5") pour sa superbe pochette.

Album MARILLION SOUNDS THAT CAN'T BE MADE MARILLION
SOUNDS THAT CAN'T BE MADE (2012)
RACKET RECORDS
ROCK PROGRESSIF
4/5
EILEAN11
19/10/2012
 
114
0 0
Quoi de neuf chez Marillion? Ont-ils essayé de bouleverser leur petit monde ou au contraire sont-ils restés en terre connue?
C'est assurement la deuxième option que l'on doit retenir à l'écoute de ce nouvel album qui est un bon album. Certainement le meilleur depuis Marbles sans toutefois l'égaler. (enlevez moi cette note de 9,5 pour Happiness, c'est juste incompréhensible :) ).
Alors oui nous sommes dans des contrées musicales que Marillion maîtrise. Et pourtant, cette galette débute par un titre ('Gaza') qui surprend. En effet, sa construction alterne de nombreuses séquences s'enchainant assez brutalement, sans les transitions léchées auxquelles nous pouvons être habitués. Ajoutez à cela un son, notamment au niveau de la disto de S.Rothery, nouveau, d'une brutalité que je croyais à tout jamais endormie dans les temps révolus où Marillion n'avait pas de problème à flirter avec le hard rock, nous obtenons un excellent morceau, complexe, demandant de nombreuses écoutes et comme souvent dans ce cas, cela est signe de qualité. Point culminant vers la 13ème minute où enfin le même Rothery répond d'un solo splendide à H dans une dramaturgie splendide. Ca fait du bien, il y avait longtemps....
Le reste est plus classique. 'Montreal', second épique, est splendide dans sa finesse.
Les chansons plus pop sont de qualité à l'exception de 'Pour my Love', déjà faite des dizaines de fois et de meilleure manière. Le titre faible.
Néanmoins et exception faite de 'Gaza' et 'Lucky Man', je ne peux que constater ce qui était déjà amorcé lors du précédent album : bravo Monsieur Kelly, il faudrait se réveiller monsieur Rothery. Les claviers sont omniprésents les guitares discrètes voir inexistantes ('Sounds', 'Montreal' ...). Il manque de ces arpèges et solos inspirés, à la place et trop souvent un peu d'accompagnement sorte de minimum syndical. En pré-retraite SR? Les limites de la création en uniques sessions de jam?
Et puisqu'il s'agit là d'une critique, j'ai beaucoup de mal avec les gémissements aigüs de Steve Hogarth qui en abuse à mon goût.
Et puisqu'il s'agit toujours d'une critique, j'ai aussi du mal à me faire à cette petite guitare toute en chorus aigüs, à l'attaque marquée, que l'on peut entendre parfois (exemple la fin de 'The Sky Above the Rain). Pénible.
Mais bon, cela ne m'empêche pas de passer de bons moments à l'écoute de ce nouvel opus qui mérite que l'on s'y attarde, surtout lorsque l'on est connaisseur.

Album MARILLION SOUNDS THAT CAN'T BE MADE MARILLION
SOUNDS THAT CAN'T BE MADE (2012)
RACKET RECORDS
ROCK PROGRESSIF
1/5
CORTO1809
15/10/2012
  0 0
En ce qui me concerne, mon sentiment n'est pas lié à une quelconque comparaison avec les précédents albums. Mais, si je salue la qualité des interprètes (sauf celle du chanteur sur qui je vais revenir), je suis loin d'être convaincu par celle des compositions. La musique manque trop souvent de charisme pour réussir à captiver mon attention plus de quelques instants et aucun titre ne réussit vraiment à s'imposer. Peut-être cette impression est-elle due à l'agacement causé par la prestation d'Hogarth ? Celui-ci a tendance à surjouer dans la souffrance, sombrant systématiquement dans le pathos. Plutôt que de provoquer les frissons attendus, on se surprend à trouver les morceaux interminables et le temps bien long. Ayant attribué un 5 à "Clutching At Straws", je ne peux qu'accorder une note plus basse à "Sounds That Can't Be Made" qui lui est inférieur, d'où ma notation sévère.
Ceux qui aiment Marillion pourront certainement trouver un intérêt à cet album. Ceux qui, comme moi, n'ont jamais réussi à comprendre l'univers de ce groupe, ont peu de chance d'y parvenir avec ce nouvel opus.

Album MARILLION SOUNDS THAT CAN'T BE MADE MARILLION
SOUNDS THAT CAN'T BE MADE (2012)
RACKET RECORDS
ROCK PROGRESSIF
4/5
PETE_T
13/10/2012
  0 0
Pour faire court, et comme l'a si bien noté TonyB, je fais partie de ceux qui pourraient dire "c'était mieux avant". Alors certes ce n'est pas à ce point, mais ce Marillion m'a emballé avec des titres aussi forts que "Gaza" (le plus noir morceau de la discographie du groupe) ou "Montréal" mais m'a aussi déçu car, si il n'y a rien à jeter il y a aussi un sens du mélo exacerbé qui m'a dérangé.
Bien sûr c'est un très bel album que vient de nous offrir Marillion, peu d'artistes peuvent se permettre de sortir des disques de cette ampleur, le meilleur depuis Marbles et je le mets sans problème à son niveau.
Au regard des réactions au sein de la rédaction il est sûr que les avis vont être multiples mais, je n'en doute pas, ils convergeront vers un consensus commun : c'est un bon Marillion.
Je m'associe à cette vision des choses et ne peut que recommander l'achat de ce très beau disque où l'on peut entendre un groupe en très grand forme.

 
PAGE / 1
 
Haut de page
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022