MW / Accueil / Avis / STEVE HACKETT: Wolflight
.
.
FILTRES  
  • PAR NOTE
  • PAR GENRE
  • PAR TAGS
Album STEVE HACKETT WOLFLIGHT STEVE HACKETT
WOLFLIGHT (2015)
INSIDEOUT MUSIC
ROCK PROGRESSIF
4/5
REALMEAN
12/05/2017
  0 0
Le bonhomme est tellement productif que depuis une décennie au moins, je suis systématiquement en décalage sur ses publications. J’ai découvert "Wolflight" en ligne, un peu rapidement après sa sortie, mais je n’ai fait l’acquisition de l’album qu’à la fin 2016. L’occasion d’approfondir ce magnifique opus, une fois encore, une orfèvrerie qui mérite beaucoup plus qu’une oreille distraite. Même s’il m’a semblé que sur le titre éponyme, Steve se contente d'une pirouette (le mix de la basse et des percussions, en forme de break) en guise de lien entre un couplet aérien et un refrain d'apocalypse. Rien d'interdit, bien sûr, pour un compositeur éminemment progressif, mais sur cette base là, je pense qu'il y avait moyen de développer deux créations distinctes. Il s'agit plus d'une remarque que d'un reproche, d'autant que l'album flirte avec l'excellence. Il y a du Loreena Mc Kennitt derrière 'Dust and Dreams', de l'Era derrière 'Corycian Fire', du William Sheller au travers de 'Heart Song', et même du Nik Kershaw avec la mélodie et les inflexions vocales de 'Midnight Sun'. Autant d'atmosphères sensiblement contrastées, pour un album remarquablement unitaire. La diversité et la cohérence, c’est très difficile, mais quand ça marche c’est le cocktail de la réussite.
Comment fait-il encore cela, après une telle discographie… Rendez-vous en 2019 pour un retour sur le "Night Siren" ? Le temps que je m’imprègne totalement de ce "Wolflight"…

Album STEVE HACKETT WOLFLIGHT STEVE HACKETT
WOLFLIGHT (2015)
INSIDEOUT MUSIC
ROCK PROGRESSIF
5/5
TOPPROG
09/07/2016
 
360
0 0
Steve Hackett icône vivante du rock progressif aime le blues, le hard rock, l’harmonica, le piano bastringue, le banjo, la musique classique, l’opéra, le flamenco, le latino, l’orgue de barbarie, les BO de films romantiques, la guitare classique, les rythmes lourds, les ritournelles simples, Erik Satie, les musiques des Balkans, du Maghreb et d’Orient…. Beaucoup de raisons pour le détester ou d’y perdre son bon sens quand on écoute un de ses disques la première fois ! De bonnes raisons de l’aimer aussi : un assembleur de son patchwork exceptionnel (quand il fait du blues c’est à sa façon, « Black Thunder »), un guitariste hors pair dont la vélocité n’a rien à envier à Petrucci et en prime un inventeur fabuleux de mélodies.
Explorateur de son instrument et de sonorités nouvelles, Hackett a bien sûr une patte sonore immédiatement identifiable : un son velouté, touches impressionnistes et soli aériens, bends au sustain infini qui vont chercher l’harmonique, jeu de tremolo bar vertigineux. Ce style était déjà écrit dans son premier album solo « Voyage of the acolyte » en 1975.
Il nous gratifie ici de plus nombreux et longs soli que dans le précédent opus.
Son art de la guitare classique est sublime et les morceaux proposés laissent sans voix de virtuosité entre arpèges aux accords improbables et trémolos dans le style flamenco, enchanteur (« Eartshine »). L’intro de « Blood on the Rooftops »(1977) son premier morceau « classique » semble du coup une pièce pour débutant !

Il aime imprégner sa musique de ses voyages et il a sûrement dû beaucoup visiter l’Orient ces dernières années car depuis « Into the tunnel’s mouth » cette influence exotique est assez prégnante. Ce qui donne de belles arabesques, jamais caricaturales (la guitare qui vient royalement s’immiscer sur les violons de « Dust and dreams »). J’aime cette musique avec sonorités de oud, de tar ou de doudouk.

Il nous transporte avec ses chansons, qui prennent leur temps sans jamais aucune mollesse, loin de là (voire le dynamique acoustique « Loving Sea » et Corycian Fire qui commence comme Steppes, rythme lourd, se transforme en son milieu en tuerie électrique pour finir en Carmina Burana. God !!!???

Il est bien difficile d’analyser un disque de Steve Hackett tant le propos est riche sans être hétéroclite.
Je m’arrêterais simplement sur « Love Song for a vampire » un sommet du disque. Poignant, un des meilleurs de Hackett. Cela commence sur un arpège acoustique de haut vol puis un chant simple et sombre, un refrain en sublime envolée rappelant le grand Genesis (« Seven Stones »), un solo qui trouve l’harmonique pour mieux rebondir, l’arrivée des cordes, un petit coup de romantisme à la Brahms, une partie hardrock hargneuse, la seconde partie du solo stratosphérique, et fin délicate en harmoniques : du grand art !

Steve chante tout le disque, accompagné souvent de la magnifique voix féminine de Amanda Lehmann. Sa voix est devenue au fil des années plus agréable, il en a trouvé la bonne hauteur. Le disque s’achève d’ailleurs sur un chant gai et désinvolte.
Entouré d’un groupe maintenant solide et armé d’un répertoire immense (tout ses disques solo et Genesis Revisited) Hackett semble obtenir bien plus qu’un succès d’estime auprès d’un public de plus en plus large. Fruit d’un travail au long cours sans compromis commercial.
Encore une fois, chapeau l’artiste !

Album STEVE HACKETT WOLFLIGHT STEVE HACKETT
WOLFLIGHT (2015)
INSIDEOUT MUSIC
ROCK PROGRESSIF
5/5
PETER HACKETT
28/03/2015
  0 0
Steve Hackett est comme un grand cru qui ne cesse de se bonifier avec le temps. C'est surement aujourd'hui un des guitaristes les plus inspirés du monde rock. Avec "Wolflight" il nous offre de bien belles mélodies, des arrangements somptueux et toujours ce toucher de guitare unique et merveilleux au feeling incomparable.
Album STEVE HACKETT WOLFLIGHT STEVE HACKETT
WOLFLIGHT (2015)
INSIDEOUT MUSIC
ROCK PROGRESSIF
5/5
THIBAUTK
27/03/2015
  0 0
Magnifique, voilà le seul mot qui vient à l'esprit…

Steve Hackett en grande forme livre un des plus beaux albums de sa carrière, une galette qui exhausse son génie, qui nous projette aux sources du voyage entamé en octobre 1975.

Le disque fait un tour d'horizon des sonorités chères au guitariste, c’est aussi dans celle-ci que la guitare est la plus présente, et sur laquelle les mélodies sont les plus puissantes. Wolflight propose aussi un magnifique contraste entre passages planants et cavalcades très heavy...

Le seul bémol est l’ultime titre (Heart Song), qui bien que le lead de guitare soit magnifique et plein de feeling, tourne en rond car il fait figure de sucrerie un peu mièvre et un brin convenue... Néanmoins, il permet de détendre l'atmosphère et de terminer cet excellent album sur une impression de paix, de recueillement et de libération.

Un des meilleurs albums du maître, plein de maturité, de finesse de puissance et de grâce. Un retour en pleine lumière digne des premières instants ou de Spectral Mornings...

 
PAGE / 1
 
Haut de page
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024