MW / Accueil / Articles / COMPTE-RENDUS DE CONCERT - Festival Pression Live à L'Olympia le 22/10/13
TITRE:

Festival Pression Live à L'Olympia le 22/10/13


TYPE:
COMPTE-RENDUS DE CONCERT
GENRE:

ROCK



Si les Babyshambles n'ont pas pointé le bout de leur nez, cette soirée organisée par Pression Live valait largement le déplacement. Rock et Electro au programme !
NESTOR - 12.11.2013 -
4 photo(s) - (0) commentaire(s)

Après l’excellent concert de Skip The Use à l’espace Wagram en début d’année, Pression Live, le Canal musical des Brasseries Kronenbourg, conviait les gagnants d’un concours organisé sur leur site (http://pressionlive.com/) à l’Olympia pour une soirée basée sous le signe de l’Electro.

En effet, même si la tête d’affiche de la soirée revient aux Babyshambles, les trois groupes qui précèdent le combo de Peter Doherty ont, à des degrés divers, pour point commun des sonorités électroniques.

C’est Alexis & The Brainbow qui ouvre le bal. Ce jeune groupe originaire de Lyon est le vainqueur du Trophée Talent Live 2013, un tremplin Rock organisé par Pression Live, et présidé par Matt Bastard, le chanteur de Skip The Use.



Leur Rock mâtiné de sonorités électro se révèle très convaincant et nous fait penser à la réunion très improbable entre Spaudau Ballet et Gorillaz ! Loin d’être tétanisé par l’évènement, les 5 jeunes membres de Alexis & The Brainbow se montrent très à l’aise, notamment pour faire basculer leur Rock dans une frénésie appelant à la danse épaulés en cela par des lumières, qui bien que sobres, brillaient par leur efficacité. Il est juste un peu dommage que le titre qu’ils aient choisis pour single, 'Young Gun', pour tout bon qu’il est, soit le moins original de leur catalogue.

C’est ensuite au tour de La Femme, de faire souffler le premier vent de folie sur l’Olympia. Le sextet français a en effet pu donner libre court à sa soif d’exhibition, tant il est évident qu’ils aiment se donner en spectacle. Si Alexis & The Brainbow avait déjà un petit côté nostalgique, avec La Femme, la plongée dans les années 80 est encore plus marquée. Le groupe fait en effet diablement penser, soit à un Taxi Girl gonflé aux hormones de démence qui aurait jeté aux oubliettes ses tendances introspectives.


Mais cela, tout autant que la rangée de synthés qui occupe le devant de la scène, n’empêche pas le  groupe de faire preuve de beaucoup d’énergie et d’offrir au public un résultat assez bluffant. Et lorsque que La Femme clôture son set avec un vibrant réquisitoire contre les Taxis ('Anti Taxi'), ont se dit que l’on n’a pas vu le temps passer, tant le groupe a su nous entrainer dans ses délires musicaux. 

Avec les Naïve New Beaters, le curseur de la folie et de l’absurde est poussé un cran plus loin.



Le trio, accompagné parfois par un Mickey sous Prozac, se met sans aucune difficulté le public dans la poche grâce à un sens de la dérision et du burlesque très communicatif. Mention spéciale pour l’élocution et l’accent de David Boring qui, lorsqu’il s’adresse à la salle, singe les chanteurs étrangers cherchant à s’exprimer en français (enfin, j’espère, car s’il ne le fait pas exprès, c’est inquiétant).

Le son, majoritairement axé sur une boîte à rythme, est très puissant et donne dans une fusion moderne ou une grosse guitare Rock donne la réplique à des Beats Electro danse. Imaginez une version sur vitaminée de Song 2 de Blur en mode Electro pendant une petite demi heure. Cela vous fait peur ? Aucune raison tant le résultat est efficace et entrainant.



Seul (très) petit bémol, le sentiment qu’à l’exception du guitariste (et du chanteur), toute la musique est pré enregistrée. Nous sommes là, à la limite entre concert et prestation d’un DJ.

Après ces trois excellents concerts, l’honneur de clôturer ce festival revenait aux Babyshambles. Nul doute qu’ils sont excellents tant ils prennent le temps de se reposer entre deux concerts… Quitte à ne pas monter sur scène pour se ménager pour un prochain show, comme se fut le cas ce soir. En effet, le groupe n’a pas daigné pointer le bout de son nez alors que la scène était fin prête pour les recevoir. Rock ‘n Roll diront certains, foutage de gueule dirons d’autres…

Un comportement bien regrettable qui, s’il ne risque pas d’améliorer l’image de marque des branquignoles de Pete Doherty, n’a toutefois pas réussi à gâcher la fête tant les trois premiers groupes ont su faire preuve, eux, de professionnalisme (ou tout simplement de respect envers le public) et surtout, nous faire vibrer, nous surprendre, nous faire sourire, nous faire danser…  et partager un excellent moment en leur compagnie.

Un fois de plus Pression Live a su créer l’évènement, même si pour une partie tout au moins c’est involontairement, vivement la prochaine surprise. 

http://pressionlive.com/


Plus d'informations sur http://www.alexisandthebrainbow.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 1497
  • 1498
  • 1499
  • 1500
Haut de page
 
AUTRES ARTICLES
GOV'T MULE (08 JUILLET 2013)
Le lendemain d'un concert magique dans la magnifique salle du Trianon, le leader de Gov't Mule, Warren Haynes, a bien voulu livrer quelques exclusivités à Music Waves sur les invités de la version limitée du nouvel Gov't Mule "Shout!"…
RHAPSODY OF FIRE (06 NOVEMBRE 2013)
Dans le cadre de la sortie du nouvel album de Rhapsody of Fire, le "vrai", Music Waves a rencontré le co-fondateur restant - Alex Staropoli - pour une interview pleine de sens...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022