MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - BLACKFIELD (04 JUILLET 2013)
TITRE:

BLACKFIELD (04 JUILLET 2013)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

POP



"Je ne voulais pas seulement avoir cette étiquette de groupe prog metal"
STRUCK - 12.09.2013 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

Malgré une logistique dirons-nous incertaine, Aviv Geffen s'est fait fort de mettre au point certaines incompréhensions nées lors de la promo de "Welcome to my DNA"


Nous nous sommes vu en 2011 pour la sortie de "Welcome to my DNA", que s’est-il passé depuis ?

Aviv Geffen : Wahou (Sourire) ! Hum, pas mal de choses en fait ! J’ai écrit de nouvelles chansons pour Blackfield, j’ai fait énormément de concerts à Israël bien sûr…


[IMAGE1]


Nous avons pas mal parlé politique lors de notre dernière entrevue, quel est ton avis sur l’évolution de la situation ces deux dernières années ?

Le chaos continue de se propager un peu partout ! Quand tu vois ce qu’il se passe en Egypte, le pays est très instable aujourd’hui.


Et quel est ton avis sur cette situation ?

Mon discours est toujours le même : il faut cesser l’occupation en Israël. Nous devons donner Jérusalem aux Palestiniens : ils devraient avoir leur propre pays !


Durant cette entrevue, tu m’as également avoué que Blackfield avait sorti son meilleur album avec "Welcome to my DNA". As-tu ressenti une quelconque pression au moment de composer son successeur ?

Le fait est que Steven Wilson m’a donné une totale liberté pour le troisième album. C’était le seul album qui me ressemble comme le titre l’indique "Welcome to my DNA". Depuis, je suis devenu le leader du groupe Blackfield et on m’a donné l’opportunité, la chance d’inviter des artistes comme Brett Anderson de Suede, Vincent Cavanagh et Jonathan Donahue de Mercury Rev. Grâce à tout cela, Blackfield est devenu plus important : notre dernière tournée a été énorme et nous prévoyons de tourner à nouveau avec Steven dès Février prochain en Europe et en France bien entendu (Sourire) !


La dernière fois que nous nous sommes vus, tu nous avais dit que le précédent album s’appelait "Welcome to my DNA" et non "Blackfield III" parce qu'un tel titre sonnait side-project et non pas comme un réel groupe…

Il faut comprendre qu’à chaque fois que j’écris des chansons pour Blackfield, c’est vraiment Aviv Geffen qui s’exprime, Blackfield n’a jamais été un side-project à un quelconque moment que ce soit. Blackfield est de l’art à proprement parlé, c'est vraiment un groupe : c’est moi mais aussi Steven et maintenant Vincent qui jouent pour ce groupe…


Malgré tout, avec tous ces invités, Blackfield donne plus que jamais l’image d’un side-project ?

Mais pourquoi ?


En raison de tous invités justement…

Il faut plutôt voir cela comme une dream team ! Ce sont mes chansons qui sont chantées tantôt par moi, par Steven, par Jonathan ou Brett… Je pense que les fans voient ceci comme une grande fête !


Et pourquoi avoir choisi ces invités tout particulièrement ?

Parce que Brett Anderson et Mercury Rev sont mes héros ! Vincent a ouvert pour Blackfield aux Etats-Unis… Nous sommes des amis et en plus sur le même label.
C’est arrivé ainsi et il faut plus voir cette démarche comme une fête… Malgré tout, cela reste mes chansons, mes paroles, Steven à la guitare et au mixage : la colonne vertébrale de Blackfield.


La musique de Blackfield doit être creusée pour être apprécié à sa juste valeur, je n’ai pas assez écouté ce nouvel album pour pouvoir le juger définitivement malgré tout, je n’ai pas été aussi convaincu que les précédentes productions. Penses-tu que tous ces invités qui sont un coup de pouce formidable pour le groupe puissent rendre ta musique moins personnelle et donc moins touchante ?

Non, non ! Je pense que c’est tout le contraire. Des titres comme "Pills" ou "Jupiter" sur laquelle Steven chante sont extraordinaires ! Je pense que cet album est une collection de supers chansons. Steven et moi-même en avons jeté énormément pour n’en garder que 11. Je viens d’Italie et de Grèce où les chroniques sont dithyrambiques et concluent clairement que c’est notre meilleur album.


Partages-tu cet avis ?

Ce sont des albums différents. "Welcome to my DNA" parlait de moi, celui-ci parle du chaos.


Pour revenir à cela, ne penses-tu pas que certains auditeurs puissent être moins touchés par cet album moins personnel ?

Tu as raison mais certains titres de cet album comme "Lost Soul", "Jupiter", "Firefly" ou "The Only Fool is Me" : c’est toujours moi et ma vie !


Sans transition, la situation de Steven Wilson vis à vis de Porcupine Tree qui semble mis en retrait : considères-tu cela comme une chance pour Blackfield ?

Steven ne veut plus jouer de metal ! C’est son choix que je respecte tout à fait ! Et pour en revenir à ta question, je pense que c’est super, en effet, Blackfield est devenu le nouveau Porcupine Tree d’une certaine façon.


C’est effectivement ce que tu m’as dis lorsque tu parlais de "Welcome to my DNA", tu disais que Blackfield faisait du Porcupine Tree version "Signify".

C’est exact et c’est toujours le cas sur cet album. Un album sur lequel tu trouves des mélodies, un album pas trop prog avec des chansons courtes… Je respecte vraiment la décision de Steven de ne plus jouer avec Porcupine Tree. Il a été très impliqué sur cet album : il a écrit des chansons, mixé l’album, il joue de la guitare, il chante…


Pour en revenir au titre de l’album que nous avons évoqué au titre de "Welcome to my DNA", pourquoi avoir intitulé ce dernier "Blackfield IV" ?

Comme je te l’ai dis, avant de nous lancer sur le troisième album, j’ai eu cette conversation avec Steven et nous avons pensé qu’il fallait que je sois dorénavant le leader du groupe et que les fans sachent que c’était l’ADN d’Aviv Geffen qui était dans cet album.


Pour autant, cela ne nous explique pas pourquoi vous êtes revenus à des titres avec le numéro de l’album ?

Parce que cet album est un classique ! Nous avons pensé que c’était le meilleur titre : juste le numéro 4 !


Tu nous as plusieurs fois dit que vous vous étiez mis d’accord avec Steven Wilson pour que tu sois le leader de Blackfield : entre cette décision, certaines de tes réponses lors de notre précédente rencontre, on pourrait penser que tu es une personne égocentrique : est-ce le cas ?

Oh non ! Non, pas du tout (Rires) ! La décision que je devienne leader du groupe est commune. Nous avions sorti deux premiers albums où nous étions co-leaders et j’ai dit à Steven que je souhaitais que Blackfield passe un cap et cela passait par mon leadership. C’est une décision que nous avons prise en tout amitié et avec tout le respect que nous avons l’un pour l’autre. Malgré tout, cela reste toujours nos chansons : c’est toujours Steven à la guitare, ma voix et toute l’orchestration qui va avec… C’est toujours la même chose mais présenté différemment…


Je comprends mais malgré tout, cette image d’égocentrique te colle à la peau…

Pour quelles raisons ?


Par exemple quand tu nous as dit que tu étais une personne sexy, que Steven Wilson a désormais du charisme grâce à toi…

Et c’est vrai ! Je dis juste que quand j’ai rencontré Steven, il jouait les yeux rivés sur ses pieds. Et depuis qu’il me connaît, il joue différemment : il bouge, il danse… Et oui, je pense que c’est grâce à moi !


[IMAGE2]


Et as-tu appris quelque chose de Steven en retour ?

Plein de choses, tellement de choses (Rires) ! Et je tiens à m’excuser si je suis passé pour quelqu’un d’égocentrique, ce n’est pas moi du tout ! Je tiens à m’excuser pour cette incompréhension…


Pour en revenir à ce nouvel album, que souhaites-tu exprimer que tu n’as pu faire précédemment ?

Comme je te l’ai dit, cet album traite du chaos. La pochette de l’album représente un grand radar pointé vers le ciel comme si il cherchait des réponses, un Dieu… Cet album parle de la vie chaotique dans laquelle il n’y a pas de Dieu. Je suis juif et athéiste et en tant que tel, je pense que toutes les religions divisent les peuples à la différence de la musique qui les relie. Il n’y a pas de réponse, nous sommes seuls et tout traite de cette courte vie comme notamment le titre "Firefly".


Ton message est plus ou moins semblable à celui d’un Orphaned Land…

Tout à fait ! Nous avons plein de fans en provenance d’Iran, de Syrie… qui adorent Blackfield. C’est quelque chose de génial mais tout part en couille quand on arrive au niveau de leur gouvernement. J’aime donner cet exemple d’Israëliens qui dialoguent pacifiquement avec des Palestiniens sur Internet : je crois que la solution viendra de là car il y a quelque chose qui ne va pas au niveau de ceux qui nous gouvernent.


Les visuels de Blackfield sont de plus en plus tournés vers le ciel après des premiers plus terre et terre et notamment des objets brisés. Quel est le lien entre cette évolution et la musique de Blackfield ?

Une musique plus rêveuse avec plus de profondeur… Les pochettes des deux premiers albums ont été réalisées par l’artiste danois Lasse Hoile puis nous avons fait appel à Carl Glover.


Et au niveau des paroles ?

Ce sont toujours les mêmes sujets mélancoliques qui reviennent. Mais celui-ci parle plus particulièrement de la mort et le fait que notre vie est courte…


Qu’attends-tu de la sortie de ce nouvel album ?

Je suis de plus en plus excité à mesure que la date de sortie de l’album approche. Je le suis également de pouvoir tourner en Europe puis aux Etats-Unis dès Février avec Steven et tout le reste du groupe. J'espère que Blackfield va devenir de plus en plus populaire !


Peut-on également espérer voir les invités de cet album partager la scène avec vous à commencer par Vincent Cavanagh qui a ouvert pour vous lors de votre précédente tournée ?

Oui ! Mais bien sûr, nous adorerions aussi que Brett puisse venir nous rejoindre sur la scène de Paris ou Londres…. Nous verrons (Sourire) !


Tu as évoqué la popularité croissante de Blackfield. As-tu constaté des changements depuis la sortie de "Welcome to my DNA" ?

Oh oui ! C’est évident que nous sommes de plus en plus populaires. Et quand tu as l’étiquette de petite musique indé mélo via la participation de Brett Anderson de Suede… Ca signifie énormément pour moi ! J’aurais fait n’importe quoi pour l’avoir. Je ne voulais pas seulement avoir cette étiquette de groupe prog metal. Je voulais en sortir…


Je suis tout à fait d’accord avec toi car Blackfield est encore et toujours catalogué groupe prog alors que pour les fans de ce courant, Blackfield n’a rien de prog…

Tu as tout à fait raison, tu as parfaitement résumé la situation. Bon, tu as malgré tout certains éléments mais ce n’est pas notre style principal.


… Avoir le tampon Suede va donc ouvrir de nouveaux horizons à Blackfield.

C’est vrai ! Steven vient du monde prog rock et j’ai joué avec U2, mon univers est plus rock commercial. Blackfield est la combinaison de ces deux mondes. Et j’espère qu’avec cet album, nous allons devenir encore plus populaire…


Le but de Blackfield est ainsi d’être considéré comme un groupe pop dans le sens large du terme…

C'est exactement ça. Je crois aux chansons, je ne crois pas aux soli… Je ne peux pas seulement compter sur les fans de Steven…


Quels sont tes espoirs pour le futur ?

Faire en sorte que tous les gens du monde entier connaissent notre musique parce que je pense que le mélange entre Steven et moi-même marche si bien que ça serait juste que ça soit le cas… Mais qui sait ? Je suis aujourd’hui à Paris pour faire la promotion de ce nouvel album, je fais tout pour que ça marche… mais franchement, je ne sais pas…


Et dans cette optique, la participation d’un membre de Suede est un formidable coup de projecteur sur le groupe…

Ca ouvre des perspectives au groupe ! Cela prouve plus que jamais que Blackfield fait des albums de chansons où on ne cherche pas à en mettre plein la vue avec de la technique…Je n’ai jamais été attiré par Fear Factory, j’aime Genesis et plus particulièrement "The Musical Box"…


A propos de Genesis, as-tu écouté l’album de Simon Collins –fils de Phil Collins- dans le projet Sound of Contact. C’est un formidable album de chansons prog comme pouvait le faire Genesis époque Phil Collins au chant…

Wahou, non je ne connaissais pas mais je vais y jeter un œil dès que possible.


Sans transition, pourquoi avoir participé au The Voice israélien ?

Je me suis servi du prime time pour diffuser mon message. Je n’y étais pas pour la musique. Je parlais du gouvernement, la culture d’Israël…


Pourquoi n'en as tu pas profité pour promouvoir ta musique ? On aurait pu penser que les candidats chantent des titres de Blackfield…

Non. C’est trop ringard…


Peut-être à la prochaine saison ?

Non ! En Israël, Blackfield est déjà assez connu et il n’a pas besoin de ça (Sourire)… Et je n’ai pas signé pour une deuxième saison (Rires) !


Mais comme en France, est-ce que le jury avait plus d’importance que le concept, les candidats… ?

Tu as raison et c’est pourquoi je leur ai dis lors de la Finale que la vie à la télévision était un royaume d’illusions. Tout le monde a applaudi. Je voulais leur dire que cette émission n’était pas une fin en soi. Avec Steven, nous en sommes la preuve : cela nous a pris des années afin que Blackfield arrive au niveau où nous sommes aujourd’hui. Crois-moi c’est vraiment compliqué : ce n’est pas seulement faire un bon spectacle et puis on est arrivé !


Et as-tu trouvé de grands chanteurs ?

De grands chanteurs ? Non.


Des personnes avec qui tu aimerais travailler ?

Non. Mais deux d’entre eux commencent à faire parler d’eux en Israël…


[IMAGE3]


Avant de se quitter, aimerais-tu passer un message aux lecteurs de Music Waves ?

Ecoutez l’album. Faites-vous votre propre opinion. Et je voulais vraiment vous remercier pour tout votre soutien et plus particulièrement celui que vous nous avez apporté pour "Welcome to my DNA" parce que pour Steven et moi, cet album était le virage… Nous sommes vraiment très heureux !


Merci…

Merci à toi et désolé pour tous ces incompréhensions…


Plus d'informations sur https://blackfield-music.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 1022
  • 1023
  • 1024
  • 1025
  • 1026
  • 1027
  • 981
  • 982
  • 983
Haut de page
EN RELATION AVEC BLACKFIELD
DERNIERE CHRONIQUE
BLACKFIELD: For The Music (2020)
2/5

"For The Music" est à considérer plutôt comme un EP de transition de la part de Blackfield qu'un véritable album.
DERNIERE ACTUALITE
BLACKFIELD: Nouvel extrait de 'For The Music'
 
AUTRES ARTICLES
LE CHANGEMENT C'EST MAINTENANT (MAIS OU DIABLE AI-JE DÉJÀ ENTENDU ÇA ?)
Pendant que certains refondent des choses qui ne fonctionnaient pas, Music Waves refonde du beau pour vous proposer du "encore plus beau et plus efficace"
PLAISIRS SOLITAIRES
Quand égocentrisme et musique se rencontrent. Tour d'horizon des pratiques solitaires de nos musiciens à travers les âges.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024