MW / Accueil / Articles / COMPTE-RENDUS DE CONCERT - ALCATRAZ FESTIVAL 2023 - COURTRAI - JOUR 1 - 11 AOUT 2023
TITRE:

ALCATRAZ FESTIVAL 2023 - COURTRAI - JOUR 1 - 11 AOUT 2023


TYPE:
COMPTE-RENDUS DE CONCERT
GENRE:

HEAVY METAL



Pour sa quinzième édition le festival Alcatraz a mis les petits plats dans les grands avec une affiche royale. La première journée est très chargée avec son lots de concerts prometteurs.
NOISE - 05.09.2023 -
34 photo(s) - (0) commentaire(s)

Pour son 15ème anniversaire le festival Alcatraz a réuni une affiche solide et variée, de quoi être bien occupé pendant trois jours. Le lieu n’a pas changé, Courtrai accueille le festival sur les terrains de l’université et propose la même configuration qu’en 2022 avec quatre scènes. Pour des raisons pratiques nous sommes concentrés sur les deux principales, la Prison et la Swamp avec quelques incursions vers l’Helldorado et la Morgue.



C’est la Prison qui lance les festivités le Vendredi 11 Août. La foule est là pour accueillir Eleine en fin de matinée. Œuvrant dans un métal symphonique costaud les suédois vont faire impression. Madeleine en impose par sa voix mélodique puissante tandis que ses collègues tissent un ensemble bien heavy. Les titres passent bien, notamment ‘We Are Legion’ ou ‘Ava Of Death’. Et la petite pointe de growl a amené un côté death sympathique. Eleine a lancé la journée idéalement avec une belle pointe de  fraîcheur.



Dans la tente Swamp le ton va se faire plus méchant avec Serial Butcher. Les belges proposent un brutal death sans concessions avec un esprit gore digne de Cannibal Corpse. Devant une foule nombreuse les musiciens vont prendre plaisir à tabasser avec férocité. Le rythme est intense et brut de décoffrage. Ce qui frappe c’est cette intensité dégagée dans chaque titre, le côté lourd et monolithique qui prend à la gorge. Avec cette prestation aiguisé Serial Butcher n’a pas fait semblant de faire mal. Il a confirmé qu’il était une formation avec laquelle il fallait compter en matière de burtal death.



Dehors le ton va virer heroïc fantasy avec Wind Rose. La formation italienne œuvre dans un power folk porté par Francesco et ses hommes aux allures de nains sortis d’un roman de Tolkien. Cela va donner un chouette concert, frais, léger et plein de bonne humeur. La voix haut perchée de Fransesco est extra et le ton épique ainsi que les chœurs transportent les fans. ‘Drunken Dwarves’ ou ‘To Erebor’ font lever le poing haut avec en plus de la face folk un côté speed entraînant. Avec ‘Diggy Diggy Hole’ le groupe balance un bel hymne épique repris en communion par la foule avec un bon côté folk. Wind Rose continue de grimper les échelons, il a fait un carton et a les atouts pour aller encore plus haut rapidement.



Petite surprise dans la Swamp quand la présentatrice en chef du festival annonce que Frozen Soul a du retard. Le festival a trouvé un remplaçant au pied levé avec Alkerdeel. Les Belges proposent un mélange crépusculaire teinté de black, de sludge et de doom, pour un concert impressionnant en forme de descente aux enfers. Le chant de Pede semble droit venir des abysses et colle le frisson. Il y a un côté hypnotique dans les titres comme si le côté astral d’un Blut Aus Nord rencontrait le côté progressif d’un Mastodon. La sauvagerie primitive s’est aussi fait ressentir à la manière d’un Darkthrone. Alkerdeel a été un remplaçant remarquable et fascinant.



Dehors le hardcore se fait une place avec Rise Of The North Star. Nos samouraïs français ne sont pas en terrain conquis mais cela ne va pas les effrayer. Portés par un Vithia charismatique le groupe va mettre l’ambiance. Des bombes comme ‘The Anthem’, ‘One Love’ ou ‘Here Comes The Boom’ ne font pas semblant de faire mal. Au delà du hardcore il balance aussi de solides passages de hip-hop et des passages thrash intenses. Tout cela est bouillant et provoque des circle pit. ‘Samurai Spirit’, ‘Rise’ et ’Again And Again’ confirment la force du groupe pour un son puissant et remuant. Rise Of The North Star a proposé un solide concert en montrant par son énergie que sa présence sur le festival était tout à fait légitime.



Avec Vomitory un vent de violence va souffler sur la Swamp. Les Suédois sont des experts en matière de brutal death et ils vont le prouver. D’entrée le son est énorme et le rythme intense. Le growl d’Erik colle au sol avec un côté abyssal impressionnant. Les douceurs comme ‘All Heads Are Gonna Roll’ ou ‘Piece By Stinking Piece’ ne font pas de quartier. Cette sauvagerie est même jouissive tant elle est folle et sans limites. Le jeu des musiciens est impressionnant de vitesse et de maîtrise et tout cela assomme avec efficacité. Dans la suite ‘Terrorize Brutalize Sodomize’ est intense, porté par un refrain hurlé avec bestialité. Ce concert n’était pas pour toutes les oreilles mais les amateurs auront apprécié la charge.



Dehors, Metal Church est attendu. La formation accueille Marc Lopes en ses rangs. Ce dernier à la lourde tâche de succéder au regretté Mike Howe qui était maître en matière de chant heavy thrash. Le début est solide, ‘Ton Of Bricks’, ‘Battalions’ et ‘Gods Of Wrath’ dépotent méchamment. Lopes, convaincant, part dans loin dans les aigus. Ce pur jus de heavy thrash fait effet avec un bon côté violent et des riffs et soli heavy mélodiques. Derrière la suite va être correcte mais moins efficace. Lopes se montre un peu moins au niveau. Mais le plaisir d’entendre ‘Fake Healer’, ‘Badlands’ ou ‘Beyond The Black’ est intact. Metal Church est vivant et c’est déjà bien. Il a ravi son public et on ne doute pas qu’avec pas mal de dates Marc Lopes saura prendre la mesure de ce riche répertoire.



Dans la Swamp le programme est décalé au vu de l’absence de Gaahls Wyrd. Cela permet à Frozen Soul de pouvoir assurer son concert. Les Américains sont les dignes héritiers de Bolt Thrower en matière de death monolithique. D’entrée de jeu ils balancent du gros son, l’intensité est démentielle. La foule apprécie et savoure un pur moment de death old school. Il y a même des passages écrasants doom dotés d’une force énorme. Ce sentiment de force est assez fabuleux, cette prestation a laissé des marques. Elle confirme que Frozen Soul est un digne héritier des grands anciens du death.



Dehors le ton est plus moderne avec Bury Tomorrow. Les Anglais proposent un metalcore accrocheur et puissant et savent enflammer un public. Ils le prouvent d’entrée avec ‘Boltcutter’. Pure décharge d’énergie, le titre fait un carton avec un ton hargneux et un growl furieux. Le chant clair se fait de la place et cela donne un résultat efficace avec une batterie avant et des riffs saignants. La suite avec ‘Black Flame’, ‘The Age’ ou ‘Heretic’ est aussi percutante avec le même mix d’ambiances, entre puissance brute et passages en voix claire. Le final sur ‘Death (Ever Colder) défrise et remue la foule. Bury Tomorrow a proposé un concert efficace taillé dans un son metalcore maîtrisé.



La Suède revient à l’honneur dans la Swamp avec Unleashed. Maîtres d’un son death suédois, nos amis vikings sont attendus par une horde de fans. Après un bon “Welcome Warriors !” la leçon se lance avec ‘To Asgaard We Fly’. Le rythme est intense, le growl de Johnny est abrasif et on apprécie un côté lourd et puissant. ‘Lead Us Into War’, ‘No Sign Of Life’ ou ‘Hammer Battalion’ sont toutes aussi prenantes. Véritables claques de death elles remuent la foule avec efficacité. Jamais la pression ne va retomber. Le groupe est en grande forme notamment aux guitares où le duo Folkare, Masgard distille riffs et soli en forme de déclaration de guerre death metal. ‘Death Metal Victory’ et ‘Before The Creation Of Time’ achèvent en beauté dans le même esprit intense et violent. Unleashed a été royal et confirmé qu’il restait bien un des patrons en matière de death originel.



Dehors un événement s’annonce. Forbidden est de retour après 11 ans de silence. La légende thrash de la Bay Area a un line-up neuf autour de Craig Locciero et Matt Camacho. On retrouve au chant Norman Skinner et à la batterie Chris Kontos pour un concert basé sur les deux premiers disques du groupe. La foule est bien là et d’entrée avec ‘Follow Me’ on retrouve un classique. Skinner gère dans les aigus et à côté le son percutant fait effet. On retrouve un son thrash old school avec un coté speed efficace dans les riffs. Avec ‘Twisted Into Form’, ‘Forbidden Evil’ ou ecnore Feel No Pain’ et ‘Step By Step’ le groupe confirme la pertinence de son line-up. Ces monstres du thrash sont bien interprétés et ravissent la foule. ‘Chalice Of Blood’ détruit les derniers récalcitrants. Le retour de Forbidden est une réussite, il reste à voir si cela s’inscrira sur la durée. En attendant personne n’a boudé son plaisir devant de telles rasades thrash.



Avec Immolation le festival accueille un autre monstre du death. Les Américains sont les patrons en matière de death pur et dur. Ils vont le prouver devant une foule énorme. Le côté impérial saute aux oreilles. Dolan est un chanteur death fabuleux avec un côté grave parfait. Ses compères tissent un ensemble d’une violence majestueuse, Vigna et Bouks proposant des riffs énormes de force. Les nombreux titres du petit dernier, "Acts Of God", sont des perles de brutalité et le vieux ‘Despondent Souls’ a fait autant effet. Immolation a proposé une prestation royale qui a tabassé tout le monde.



Dehors, la foule est dense pour accueillir Trivium. La bande de Matt Heafy sait mettre le feu avec son heavy moderne, et ce concert ne va pas faire exception. L’entame sur ‘In The Court Of The Dragon’ est musclée. Le ton est archi heavy avec une batterie en feu et des riffs aiguisés. Le growl est intense et dépote.  ‘Down From The Sky’ et ‘The Sin And The Sentence’ remuent le public avec encore un rythme intense. Seuls un peu de chant clair et des riffs mélodiques permettent de souffler. Après d’autres bombes comme ‘Strife’ ou ‘Feast Of Fire’ le ton accrocheur va prendre le pas le temps de ‘Catastrophist’ et ‘The Heart From Your Hate’. Le chant clair voilé s’impose avec en parallèle de bonnes mélodies heavy entraînantes. Le final sur ‘In Waves’ est un bon mix d’ambiances avec un growl costaud et un chant clair agréable. Trivium a proposé une belle prestation et confirmé qu’il était un des grands noms de la scène metal actuelle.



La Swamp est blindée pour accueillir Possessed, légende du death mené par un Jeff Becerra en fauteuil roulant. En entame on retrouve deux extraits du récent "Revelations Of Oblivion", ‘No More Rome In Hell’ et ‘Damned’. Portés par un Jeff qui hurle avec intensité les titres font effet en forme de raclée death. La violence est jouissive, bien amenée par des musiciens en maîtrise sur chaque riff. Derrière le groupe va enquiller les titres légendaires comme ‘Pentagram’, ‘Tribulation’, ‘Beyond The Gates’ ou ‘The Exorcist’. Becerra dégage un charisme énorme et hurle comme si va vie en dépendait. L’accueil est immense à la hauteur de la légende. Dans le final deux nouveaux titres marquent, puis ‘Fallen Angel’, ‘Death Metal’ et My Belief’ achèvent leur monde. Ces monstres death sont d’une intensité fabuleuse avec des riffs et soli énormes, un rythme démentiel et un chant démoniaque. Possessed a été grand, il a proposé un concert en forme de voyage dans un passé glorieux.



Sur la Prison la tête d’affiche est très attendue. Powerwolf touche un large public avec son heavy metal mélodique fédérateur. Le décor est splendide, à l’image d’une église et chaque membre du groupe est un acteur d’un grand spectacle. Le début est parfait, le groupe enchaîne les hits avec aisance avec des flammes sortant de tout côtés. ‘Faster Than The Flame’, ‘Incense & Iron’, Army Of The Night’ et ‘Dancing With The Dead’ sont des grands moments mélodiques et entraînants portés par des refrains irrésistibles. Attila est un remarquable maître de cérémonie, sa voix puissante et mélodique impressionne. Les riffs sont rapides et mélodiques et cela fait un carton énorme. Attila apprécie l’accueil et remercie la foule. ‘Armata Strigoi’ impressionne avec sa mélodie hymne de stade repris en chœur par une foule en communion dans une ambiance festive et joyeuse.



‘Amend And Attack’ est tout aussi fabuleux, confirmant la force de Powerwolf pour des titres simples et fédérateurs. ‘Sainted By The Storm’, Beast Of Gévaudan’, ‘Demon Are A Girl’s Best Friend’ ou ‘Resurrection By Erection’ sont portés par des refrains énormes et des mélodies qui font mouche. Après un ‘Fire And Forgive’ repris en chœur par la foule ‘We Drink Your Blood’ voit Matt Heafy venir chanter en duo avec Attila. Faisant bien sautiller, le titre est une tuerie de heavy mélodique. Les rappels avec notamment ‘Sanctified By Dynamite’ et ‘Werewolves Of Armenia’ sont plaisants et entraînants. Les feux d’artifice sont de sortie pour boucler un concert parfait. Powerwolf confirme son statut de grand du metal capable de fédérer les foules comme peu savent le faire.



La fête a été belle mais il reste un gros morceau en after sur la Prison. Il est tard et la foule est moins dense, c’est dommage car retrouver le MSG est toujours un plaisir. Pour l’occasion suite au départ de Ronnie Romero, Michael Schenker retrouve son vieux complice Robin McAuley. Cela va donner un bon concert, certes trop court mais jouissif avec les tubes du MSG et ceux d’UFO. D’entrée l’intro instru ‘Into The Arena’ fait mouche. Le groupe est en forme et Schenker brille. Puis ‘Doctor Doctor’ fait un carton. Ce classique absolu du hard rock avec un McAuley très à l’aise étant toujours fabuleux à savourer.



Niveau MSG ‘Looking For Love’, ‘Red Sly’ et ‘Armed And Ready’ ont fait impression avec des mélodies imparables et des riffs et soli de haute volée. Pour UFO il n’y a eu que du lourd avec ‘Shoot Shoot’, ‘Let It Roll’, ‘Natural Thing’, ‘Rock Bottom’, ‘Too Hot To Handle’ et ‘Only You Can Rock Me’. Ces classiques du hard rock demeurent intemporels et ont été interprétés admirablement. McAulay avait la forme, son ton grave faisant merveille tandis que Michael Schenker confirmait qu’il restait un orfèvre du riff et du solo. MSG a joué tard mais il a ravi les résistants avec un concert taillé dans le meilleur d’un hard mélodique de haute volée.

Cela boucle une première journée bien chargée. L’Alcatraz démarre idéalement, la foule était au rendez-vous et la météo parfaite. Il tarde à chacun de remettre ça avec une seconde journée prometteuse.


Plus d'informations sur http://www.powerwolf.net/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 23654
  • 23655
  • 23656
  • 23657
  • 23658
  • 23659
  • 23660
  • 23661
  • 23662
  • 23663
  • 23664
  • 23665
  • 23666
  • 23667
  • 23668
  • 23669
  • 23670
  • 23671
  • 23672
  • 23673
  • 23674
  • 23675
  • 23676
  • 23677
  • 23678
  • 23679
  • 23680
  • 23681
  • 23682
  • 23683
  • 23684
  • 23685
  • 23686
  • 23687
Haut de page
EN RELATION AVEC POWERWOLF
DERNIERE CHRONIQUE
POWERWOLF: Wake Up The Wicked (2024)
4/5

Powerwolf signe "Wake Up The Wicked", un opus théâtral et épique qui fait voyager au cœur de savoureuses histoires horrifiques.
DERNIERE ACTUALITE
POWERWOLF: Nouvelle vidéo
 
AUTRES ARTICLES
MASS HYSTERIA - 6MIC D'AIX EN PROVENCE - 28 AVRIL 2023
Retour en force de Mass Hysteria !
ALCATRAZ FESTIVAL 2023 - COURTRAI - JOUR 2 - 12 AOUT 2023
Après une première journée réussie le festival Alcatraz propose une deuxième journée fort prometteuse avec nombre de formations très attendues.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024