MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - MAURI BAFFI (05 MAI 2017)
TITRE:

MAURI BAFFI (05 MAI 2017)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

POP



Mauro Baffi a répondu à nos questions sans aucune pression...
ADRIANSTORK - 17.07.2017 -
4 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question que l’on vous a trop souvent posée : est-elle liée à ton lien de parenté avec le champion cycliste Adriano Baffi ?

Bonjour, Music Waves. la question qu’on m’a trop souvent posée est si j’avais les mêmes mollets que mon oncle Adriano. En effet, une de mes passions est le vélo, passion que je partage avec lui. Alors, il est évident que je n’ai pas les mêmes mollets que lui, même à son âge. Ni les même cuisses d’ailleurs… Je me défends bien tout de même !


J’ai toujours eu un regard sur moi et sur le monde par 2 lorgnettes plutôt qu’une seule. 


Tu es un musicien franco-italien. Mais dans ton cas, est-ce que ce serait plus juste de parler d'un artiste italo-français?

C’est une question très subtile. Peut-être que je suis un peu des deux. Je ne me suis en réalité jamais posé cette question. Je suis né italien et j’ai grandi français. Je suis Italo-Français si tu préfères. J’ai une double identité ou une double culture. Non pas que je sois devenu schizo, mais j’ai toujours eu un regard sur moi et sur le monde par 2 lorgnettes plutôt qu’une seule. J’avance, j’évolue et je vois par deux angles différents. J’espère que ça me permet d’avoir à la fois un œil plus critique et plus indulgent sur moi mais aussi sur les autres. Musicalement j’ai été bercé par la musique de mes parents, tous deux italiens, j’ai grandi avec les chanteurs et artistes français, et j’ai vibré sur les sons anglo-américains.


Tu sors ton premier EP, mais ce n'est pas l'album d'un musicien vierge de toute expérience. Peux-tu nous parler de tes années de conservatoire ou de ton expérience de Zola?

En effet, j’ai démarré la musique avec l’accordéon à l’âge de 5 ans. J’ai pris des cours pendant 10 ans avec un professeur particulier. Puis, à 14 ans, j’ai étudié le piano. J’écoutais déjà toutes sortes de musiques, dans des styles très variés, mais les guitaristes de mes groupes préférés m’ont fait me tourner vers la guitare. A 17 ans, je me suis alors inscrit au conservatoire et étudié la guitare classique, puis la guitare jazz. En parallèle de mon cursus de conservatoire, j’ai travaillé la guitare électrique et folk dans tous les styles folk, pop, rock ou metal qui me plaisaient. Pour cela j’ai eu la chance de pouvoir étudier avec d’excellents guitaristes comme Jeff Mignot, René Lebhar, Chris Lancry, Yan Vagh, ou encore Jean-Félix Lalanne. Zola était un duo de guitaristes composé d’Adel Belhaddad et de moi-même. Il est un ami et un complice musical de longue date, avec qui j’ai écrit de nombreux morceaux. Avec Zola, nous avons tourné et écumé les scènes musicales avec notre répertoire dans une formule acoustique, 2 voix 2 guitares. Une merveilleuse aventure musicale et humaine.


Ce premier EP s'appelle "Under Pressure". Pourquoi avoir choisi le titre de la première chanson comme titre d'album? Est-ce que c'est en raison de ton entourage qui te répétait sans cesse : "Mauro, quand vas-tu sortir ton premier album?"

J’ai décidé d’appeler l’EP ''Under Pressure'', car c’est le titre qui correspondait le plus aux péripéties que j’ai vécues et les difficultés que j’ai eu à surmonter après l’écriture à proprement parler des titres de l’EP. C’est-à-dire depuis le mixage, le mastering, le pressage, la communication, la promotion, le booking, les répètes. C’est pas si facile de gérer toutes ces étapes avec les seuls moyens du bord… c’est fou comme ça peut faire monter la pression.





Nous évoluons dans cet album avec un son pop-rock, jamais avare en soli de guitare. Est-ce que pop et solo de guitare ne sont pas antithétiques? Ne joues-tu pas de la pop de luxe? Est-ce que le mot pop est une insulte? (pas pour nous en tout cas).


Je ne sais pas si je joue de la pop de luxe. Je ne sais d’ailleurs pas comment je définirais cela : le prix des guitares ou des amplis, la réputation du studio d’enregistrement, ou encore le prix des accords que j’ai utilisé ? … Blague à part, je m’efforce de m’impliquer le plus sincèrement possible dans mon processus de composition et d’écriture. De même pour les arrangements et l’enregistrement, je soigne mes productions le plus possible en fonction des moyens dont je dispose. Pour ceux qui s’intéressent aux instruments, je joue sur Parker. J’ai une Fly et une NiteFly Parker et un ampli Marshall JVM215. En ce qui me concerne, je me considère dans une case « Chanson-Pop » ou « Chanson-Pop-Rock ». Donc pour moi, non, jouer de la pop, ce n’est pas une insulte. J’espère ne pas me tromper en disant que je fais de la pop à ma façon. Personnellement, je ne pense pas que « pop et solo de guitares » soient antithétiques. Je pense que c’est une question de morceau et de solo. Je suis guitariste et véritablement amoureux de mon instrument. J’aime la guitare sous énormément de ses coutures. Il est vrai que j’aime les soli, car c’est un moment pendant lequel j’essaie d’exprimer quelque chose uniquement (ou presque) au travers de ma guitare. Je sais aussi que c’est un exercice périlleux et très difficile.


Dans la matière des soli de guitare, qui sont tes maîtres?

J’aime tellement de guitaristes qu’il me serait impossible de faire une liste, même non exhaustive. Je parlerai alors de mes guitaristes de cœur, de ceux qui m’ont toujours servi d’exemple, qui m’ont guidé et m’ont poussé à me dépasser « guitaristiquement » et « solistiquement ». Au premier rang desquels je placerai David Gilmour et Ritchie Blackmore. La suite du « quintet » gagnant : Jimmy Page, Mark Knopfler et Carlos Santana.


J’avais le choix entre enregistrer 4 titres identiques et 4 titres différents. J’ai donc choisi la deuxième option.



Tu as décidé de sortir un EP 4 titres où chacun des morceaux ressemble à une carte de visite, révélant la richesse de tes propositions. Est-ce que c'était voulu?



Comme je le disais, j’ai été « sous pression » pendant la réalisation de mon EP ''Under Pressure''. Mais j’avais le choix entre enregistrer 4 titres identiques et 4 titres différents. J’ai donc choisi la deuxième option, comportant ainsi au moins, un morceau dans chaque langue, ce qui change mon EP en carte de visite ou en trailer en quelque sorte.





'Cosa Pensi' possède un charme magnétique, guitare en avant et voix ensorcelante. On touche à de l'authentique. Peux-tu parler de la genèse de ce morceau?


Ta question me fait très plaisir. Je suis flatté et évidemment très fier de la critique que tu fais de 'Cosa Pensi'. C’est en effet un titre que je pourrai très bien qualifier d’ « authentique », car ce morceau s’est imposé à moi. Les notes, la langue et même les mots, se sont enchaînés et mêlés les un aux autres avec un naturel déconcertant. Je n’ai produit pour ainsi dire aucun effort de recherche. C’est d’ailleurs ce titre qui m’a convaincu d’intégrer l’italien dans mes compositions.



'Under Pressure' est aussi attrayant et mériterait une bonne carrière à la radio (c'est un compliment). Par contre, est-ce que la morale de cette histoire est-elle : les patrons, petits ou grands, n'ont pas la vie facile?

Evidemment que je le prends comme un compliment, d’ailleurs, je trouve tes questions très intéressantes et très sympathiques envers moi. Je t’en remercie. 'Under Pressure' sonne surement comme un hymne et je lui souhaite une bonne carrière radiophonique. Le véritable sujet de ce morceau est l’argent, l’argent et toujours l’argent… et donc des conséquences et des travers que provoque l’argent dans notre société et sur chacun de nous. Tout cela, mis en scène comme une comédie, d’un jeune cadre dynamique dans son environnement professionnel et bien sûr passé à la moulinette de mon regard.





Un clip de cette chanson a été réalisé. Etait-ce ta première expérience dans ce domaine? La tenteras-tu à nouveau?


Alors non, le clip d’ 'Under Pressure' ce n’était pas ma première expérience, mais je n’étais jamais parvenu encore à ce niveau de performance en m’entourant de professionnels comme Benjamin Song, qui m’ont guidé et conseillé pendant toutes les étapes de création de ce clip. Ensuite oui, il y aura un nouveau clip, prévu pour la rentrée. Ne m’en veux pas de garder le silence sur les détails. Par contre, je ne manquerai pas de vous tenir au courant de l’actualité, si tôt elle pointera le bout de son nez.



Cependant, on pourrait regretter malgré une musique très soignée, les paroles un peu fleur bleue de la chanson 'Pour Toi'. Comment défends-tu cette chanson?

Sur cet EP, j’ai choisi chaque morceau. Pourtant, je conçois qu’on puisse trouver les paroles de 'Pour Toi' fleur bleue. Comme je le disais précédemment, j’écris mes chansons avec le plus de naturel et d’authenticité possible tout en utilisant le minimum de filtres. Cette chanson traite de sentiments amoureux. Chacun de nous connaît la profondeur et la complexité des méandres de notre désarroi émotionnel. Il est certain, que lorsque l’on est pris dans un tourment sentimental, la sensibilité de chacun de nous est perturbée ou amplifiée, à fleur de peau. Dans cette interprétation, je chante ce ressenti avec les mots qui expriment au plus près les sentiments que je souhaite révéler, les joies et les douleurs que je tente de dévoiler.


J’ai bien remarqué que je ne chante pas tout à fait de la même façon lorsque je chante dans une autre langue.


Tu chantes avec aisance dans trois langues. A la base, comment se choisit l'idiome dans lequel se fera la performance vocale? Par exemple, est-ce qu'on aurait pu avoir un 'Under Pressure', la chanson, en italien?

On m’a souvent posé cette question. Je choisis la langues du morceaux que je compose en fonction de critères sonores ou rythmiques, ou encore du thème ou d’une idée particulière, un jeu de mots, ou même une allitération ou une répétition. J’ai bien remarqué que je ne chante pas tout à fait de la même façon lorsque je chante dans une autre langue. Bien sûr, la façon d’écrire et de composer influent sur la façon de chanter, mais la langue elle-même, est un levier « importantissime »… (rires). Je sais que certains artistes l’on déjà fait. Pour ma part, une fois que je fini un titre, musique et paroles, je le considère comme une entité avec ses propres particularités musicales. Je ne me sens pas du tout l’envie de le réécrire, pour le traduire dans une autre langue. Je préfère alors écrire une nouvelle chanson. C’est pourquoi que je ne pense pas pouvoir ré-écrire et chanter 'Under Pressure' en Italien.





Tu t'es entouré de deux larrons. Comment as-tu rencontré ces deux personnes (il s'agirait comme toi de deux Lorrains)? Je crois que Nicolas Kieffer a fait partie de Blinding Sparks, autre groupe Dooweet que nous connaissons bien...


Je connais la musique de Blinding Sparks mais, même s’ils sont Lorrains, hormis Nicolas Kieffer, je ne connais pas personnellement les membres du groupe. Nicolas Kieffer est un excellent batteur et musicien, et lorrain en effet. Je travaille avec lui depuis plus de 2 ans maintenant. On s’est rencontré « en passant par la Lorraine », comme le dit la très célèbre comptine. Nous avons cette chance, je dois dire, de pouvoir très souvent nous promener… par la Lorraine.



Nous sommes un site consacré au rock progressif, quel est ton regard sur ce genre de musique, est-ce que toi ça t'attire ou ça te repousse?

J’aime quasiment tout les styles et genres musicaux. Chaque musique à sa richesse. J’aime beaucoup le rock progressif. Alors que j’étais ado, j’ai été accroché par cette musique grâce à des groupes comme Yes ou encore Atoll. Ce fut un choc sonore. J’aime dans cette musique l’inventivité et la virtuosité dont font preuve ces artistes. Cela rend cette musique d’autant plus riche et intéressante à écouter.


Qu’attends-tu de cet album avec le soutien de Dooweet ?


Grâce au soutien de Dooweet, je souhaite faire entendre et connaître ma musique. J’ai joué et travaillé jusqu’à présent avec de nombreux musiciens dans de nombreuses formations et dans des styles variés. Aujourd’hui, avec cet EP, je reviens à mes premières amours musicales, avec des compositions qui me représentent plus personnellement, voire intimement.


Et pour la suite? Un premier EP, un second EP, les deux réunis avec un bonus pour le premier album?

Il y aura évidemment une suite. Je ne peux pas encore me prononcer officiellement, mais je fais la promesse solennelle de revenir vous présenter mon prochain disque dès qu’il sera sorti. Pour la rentrée, j’espère !


J'imagine que tu vas faire de la scène? As-tu déjà un planning chargé qui te mette ''sous-pression''?

Oui, comme tu as pu l’entendre, je suis « toujours sous pressiooooon ! ». Pas facile tous les jours, la vie d’artiste ! On a déjà démarré la scène avec mes acolytes. J’ai nommé bien sûr Nicolas Kieffer à la batterie, Alain Wittische à la basse et Alain Chery aux claviers. Je suis moi, à la guitare et au chant. La tournée s ‘appelle « Under Pressure Tour »… tiens comme c’est étrange ! Des scènes s’accrochent régulièrement aux scènes déjà prévues. Dates à suivre sur notre site ou notre Facebook.


Comme tu es lorrain. Y aurait-il des chances de te voir chez Paulette?

Jouer Chez Paulette est une scène réputée et incontournable de la Lorraine. Elle est évidemment dans les tuyaux de l’ « Under Pressure Tour ». A suivre sur www.maurobaffi.com tour-dates.

 



Avec ton aisance en italien, penses-tu, tel Hannibal, traverser les Alpes?


Je traverse régulièrement les Alpes depuis ma plus tendre enfance. Je suis en train de préparer la suite de la tournée en Italie évidemment. Mais aussi en Suisse, en Allemagne, au Luxembourg et en Belgique.


Quel est ton meilleur souvenir en tant qu’artiste ?

Mon meilleur souvenir d’artiste remonte à la première scène sur laquelle j’ai joué mes premières compositions. Elles ont été très bien accueillies par le public et j’ai eu beaucoup de plaisir à parler avec certains après le concert. J’étais très inquiet et je craignais un désintérêt total et à la place, j’ai reçu un merveilleux cadeau. Je crois, que depuis ce jour, je ressens encore la force de ce partage et il me donne le courage de continuer à créer et partager avec le public mes émotions, mon énergie et mes folies !


Au contraire le pire ?

Je ne suis pas certain de vouloir m’étendre sur le pire… Pour moi, la vie d’artiste est faite de hauts et de moins hauts, avec des gens merveilleux à croiser et d’autres un peu moins. Je ne trouve rien de spécial à te dire, car je ne relève pas vraiment les pires car je crois en réalité que c’est le parcours qui fait la beauté de la chose.


Quelle est la question que tu aimerais que l’on te pose ?

Je viens d’entendre ton nouveau disque… alors…. (ah mais ça c’est pour bientôt).


Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

Salut les lecteurs de Music Waves ! Continuez à être curieux et vous intéresser à la musique. Je remercie Music Waves pour cette interview et pour son accueil. Si ma musique vous plaît, n’hésitez pas à me suivre sur mon site www.maurobaffi@gmail.com et sur scène. You Rock !
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 10651
  • 10652
  • 10653
  • 10654
Haut de page
EN RELATION AVEC MAURO BAFFI
DERNIERE CHRONIQUE
MAURO BAFFI: Under Pressure (2017)
4/5

Premier EP d'un musicien franco-italien qui risque de faire reparler de lui.
 
AUTRES ARTICLES
ADAGIO (26 JUIN 2017)
Music Waves à la rencontre de Stephan Forte qui a réveillé Adagio après un long sommeil afin d'évoquer le magnifique nouvel album "Life".
GUNS N’ ROSES + TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN +BIFFY CLYRO - STADE DE FRANCE - 7 JUILLET 2017
Le 7 Juillet 2017, c'est aujourd'hui le Grand Jour !
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024