MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - THE DARKNESS (24 MARS 2015)
TITRE:

THE DARKNESS (24 MARS 2015)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

HARD ROCK



The Darkness revient aux affaires et le fait savoir à Music Waves...
STRUCK - 15.05.2015 -
5 photo(s) - (1) commentaire(s)

C'est dans les salons cossus d'un grand hôtel parisien que Music Waves a eu le privilège d'échanger avec un Dan Hawkins particulièrement détendu et visiblement ravi de nous présenter le dernier The Darkness visiblement de retour aux affaires ...


Quelle est la question que l'on vous a trop souvent posée ?


Dan Hawkins: Do You Still Believe In A Thing Called Love ? (Rires)

 



Nous ne te la poserons donc pas mais en lien avec ce titre, n'en as-tu pas assez d'être souvent résumé à ce simple titre qui date déjà de 2003 ?

Non pas du tout, nous en restons fiers ! C'est un instantané de ce que nous faisions à l'époque et qui reflète bien notre esprit à ce moment là.
Notre statut actuel découle de cet album et de ce titre, nous avons travaillé très dur pour proposer cela et en arriver là.  A la fin de chaque journée passée, nous pouvons en être fier car c'est le vrai point de départ de notre carrière. Et puis durant nos show, 'I Believe…' est attendu avec autant d'impatience que d'autres titres de ce premier album comme 'Growing On Me' ou 'Love Is Only a Feeling' et d'autres titres encore de "One Way Ticket".  Tout cela symbolise le point de départ de notre carrière, c'est tout à fait normal d'y être encore associé.


Votre actualité, c'est ce nouvel album qui succède à “Hot Cakes” de 2012.  Etait-ce important pour vous de proposer un quatrième album très rapidement afin de prouver que The Darkness restait bien vivant et était plus qu'un coup commercial issu de la réunion de 2012 ?

Oui et c'est très important à nos yeux ! Cet album aurait même dû sortir bien plus vite mais nous avons tourné plus que prévu (plus d'un an). Il est vrai qu'aujourd'hui dans le monde du Rock, et de la musique en général, tout doit tourner très vite si on veut rester proche du public. Le rythme tournée-single-album-tournée-single-album pousse à l'action continue. Et c'est ce rythme que nous voulons tenir. J'aimerais vraiment qu'un nouvel album sorte l'an prochain. Nous avons le matériel car nous avons retrouvé notre rythme d'écriture et l'alchimie est là ! Nous sommes investis à 100 % et ne comptons sur personne d'autre que nous pour mener notre barque. Je gère l'enregistrement et le mixage, nous avons nos propres studios de travail, nous avons enfin un management à la hauteur et de quoi gérer nous-même notre matériel et transport de tournée.





Et dans ce cadre, quel est l'apport de votre nouveau batteur Emily Dolan qui remplace l'un de vos amis, Ed Graham, derrière les fûts ?

Je ne m'étendrai pas sur le départ d'Ed car c'est un vrai ami mais la majorité du travail était faite par nous trois, Ed jouait derrière c'est tout. Désormais nous sommes de nouveau quatre au travail et cela nous fait du bien. Et bien entendu, Ed et nous sommes toujours amis à 100 % et depuis plus de 20 ans, non trente presque, mon Dieu... (Rires)


Et avoir une femme dans vos rangs quand The Darkness évoque souvent le sexe dans ses textes, n'est-ce pas trop délicat ?

Pas du tout non, nous ne sommes pas un groupe misogyne à la Mötley Crue ou Guns N'Roses (Rires). Elle assure le job et se plaît dans notre environnement, donc tout va pour le mieux. Nous avions bien un morceau un peu limite par le passé, surtout dans son titre mais nous ne le jouons plus de toute façon (Rires). Et puis nous avons des femmes autour de nous, notre manager par exemple est une femme.


Rien à voir avec les Steel Panther alors ?

Non non pas du tout, soyez rassurés !


Quand un groupe comme le votre recueille une très forte popularité dès le premier album, n'est-il pas trop difficile de garder les pieds sur terre et de gérer la suite du parcours avec sang-froid ?

Quand tu passes la frontière et deviens très populaire, tout le monde se met à crier en te voyant et à devenir fou. Mais ces gens le font souvent par imitation, par contagion si j'ose dire.


Comme des moutons ?


Oui, mais nous en sommes tous, moi le premier ! Si je vois un gars faire un truc génial, je le suis et répands la bonne nouvelle à tout le monde (Rires). Quoi qu'il en soit nous restons très heureux d'apporter du bonheur aux gens.


Etait-ce difficile de tout reprendre de zéro ou presque en 2012 et de faire aujourd'hui une promo pour un webzine bien moins exposé que les médias de masse que vous touchiez à l’époque ?

Oui, je vois où tu veux en venir mais cela ne me gène pas du tout ! Les choses ont changé bien sûr, mais en pas en mal finalement, car vois-tu je préfère intéresser les médias spécialisés dans le monde du Rock comme Music Waves et rencontrer de vrais interlocuteurs que de présenter une sorte de chronique à 4 étoiles dans un magazine à vocation très générale voire à l'opposé de notre démarche. Par exemple, nous avions l'opportunité récemment de participer à un prime très populaire chez nous en Angleterre. C'est le gros show du samedi soir, genre 8 à 9 millions de téléspectateurs. Mais nous l'avons refusé car on nous demandait d’interpréter l'un de nos anciens titres. Comme je le disais, nous restons droits dans nos bottes. Peu de groupes l'auraient refusé.





Est-ce la trop grosse pression qui pesait sur vos épaules au milieu des années 2000 qui vous a poussés à faire ce break ? Afin sans doute de revenir plus forts encore en 2012 ?

C'est plutôt vrai. Nous travaillions déjà très dur depuis trois ans avant de sortir le premier album et nous aurions dû nous poser avant la sortie du second, très certainement. Nous nous sommes perdus un peu je crois. "Hot Cakes" prenait de meilleures allures mais c'est surtout avec ce nouvel album que je peux sentir le groupe présent de nouveau. Cela se sent quand nous sommes ensemble et que les idées fusent dans tous les sens, se bousculent et nous poussent à créer et expérimenter avec plaisir et motivation. Là je sens que nous sommes prêts de nouveau ! Quand ça se dispute autour d'un titre en création, c'est que le groupe est de nouveau sur les rails.


The Darkness est donc enfin armé et prêt à affronter avec ce nouvel album la popularité méritée ? Celle déjà présente en 2003 mais pour laquelle vous n'étiez peut-être pas assez solides ?


Toujours pas, non (Rires) ! De toute façon, je n'aurai jamais assez d'argent pour remplir le réservoir des superbes voitures que je m'étais acheté à l'époque (Rires)!


Votre nouvel album est un subtil mélange entre le Glam Hard Rock et le Rock N' Roll. Pourtant, Justin a utilisé le mot "brutal"pour le qualifier. Peux-tu nous expliquer cela ?

Je vais encore devoir rattraper ses bêtises (Rires) ! Non, je crois qu'il utilise ce terme car dans notre processus de composition, nous cherchions des titres directs, percutants et nous ne nous ménagions pas pour jeter des idées qui ne nous convenaient pas à 100 % ou qui donnaient dans la demi-mesure. En ces termes, il y a quelque chose de brutal en effet.


Ce nouvel album est très bon, et le single 'Barbarian' est un hit en puissance au solo du feu de Dieu. Ne cherchiez vous pas à déstabiliser vos fans en balançant un tel single ?

Peut être oui car avec ce monologue d'introduction et ce riff, sans doute l'un des plus solides de l'album, nous nous sommes dits qu'il fallait réveiller un peu notre auditoire !





Quels sont les premiers retours concernant le single ?


Hier et aujourd'hui sont les deux premiers jours où nous y sommes confrontés. Nous avons déjà eu le retour des fans concernant 'Barbarian' et ils sont très contents de nous voir de retour pour de bon et le titre fait un bel effet. Concernant l'album, le retour des journalistes me fait très plaisir car j'ai tout enregistré et mixé seul et j'avais un peu d'appréhension… Mais, pour l'heure, je suis plutôt content. Et si les vrais fans du groupe sont contents, alors je serai déjà pleinement satisfait !


Que signifie ce titre "The Last Of Our Kind" ? Estimes-tu que The Darkness est le dernier représentant légal d'un genre musical, comme le Glam ?


Non mais comme des représentants du Rock, du Hard Rock qui reste toujours aussi peu mis en avant dans la société et la musique actuelle. Où sont les putains de bons groupes ? Ceux qui font le show, le vrai ? J'adore les vrais groupes de Hard qui jouent avec leurs tripes et font le show et ce titre leur est dédié. Il ne concerne pas que The Darkness mais bien tous les groupes de Hard dans le monde actuel.


Quelles sont vos attentes à la sortie de cet album ?

J'espère que les gens l'écouteront terriblement fort dans leur voiture en conduisant trop vite… Non, pas trop rapide car nous serions responsables d'un paquet d'amendes…


Un classique chez nous en cette fin d'interview, quel est ton meilleur souvenir en tant que musicien ?


Il y en a beaucoup mais je citerais la fois où l'on ma demandé d'être jury dans un concours de guitariste de l'année et qu'à ma droite il y avait Jimmy Page et à ma gauche Brian May.


Dieu le Père et Jésus Christ ?

Dieu le Père et le diable sans doute (Rires) !





Concernant Page, as-tu acheté sa guitare (Black Beauty) ou était-ce un cadeau ?


C'était un cadeau de chez Gibson car il se l'était faite construire mais elle était trop lourde pour lui, donc je l'ai récupérée.


Vous avez ouvert pour Lady Gaga. N'aviez-vous pas peur de perdre une certaine crédibilité aux yeux de vos fans et du monde du Hard Rock ?

Non pas vraiment. Nous avons saisi cette opportunité et je ne pense pas que cela ait pu nous desservir .


Maintenant quel pourrait être ton pire souvenir en tant que musicien ?

Un jour, sur un festival, je me suis précipité en courant sur le devant de la scène durant le premier titre et j'ai glissé pour me retrouver sur les fesses et complètement ridicule (Rires).


Nous avons débuté cette interview par la question qu'on t'avait trop souvent posée. Au contraire, quelle serait celle que tu aimerais que l'on te pose ?

Oh, c'est très dur, vraiment très dur... Laisse-moi réfléchir, j'aimerais vraiment pouvoir répondre à cette question (il réfléchit très longtemps) !
J'aimerais bien qu'on me demande "Comment faites-vous naître une chanson ?" J'aime beaucoup la question mais je ne suis jamais fichu d'y répondre car honnêtement, je n'en ai aucune idée (Rires).  Elles sortent tout simplement ! Quand j'entends parler des légendes du Rock -et mon dieu je ne m'y compare pas (Rires)!- ils ont toujours ce genre de phrases comme "l'atmosphère de la pièce m'a inspiré". Moi je suis incapable de dire des trucs aussi beaux !





Merci

Merci à toi, c'était vraiment intéressant!


Merci à Loloceltic pour sa contribution et Mr Blue pour sa retranscription...



Plus d'informations sur http://www.thedarknesslive.com/
 
(1) COMMENTAIRE(S)  
 
 
ADRIANSTORK
16/05/2015
  0
Merci encore pour ce sympathique entretien.
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 4507
  • 4508
  • 4509
  • 4510
  • 4511
Haut de page
EN RELATION AVEC THE DARKNESS
DERNIERE CHRONIQUE
THE DARKNESS: Easter Is Cancelled (2019)
5/5

Si The Darkness avait anticipé l'annulation de Pâques, le groupe a remplacé au pied-levé le lapin pour venir nous offrir un album agité, déjanté mais toujours aussi inspiré.
DERNIERE ACTUALITE
Raismes Fest : Annulation de l'édition 2021 - Report à 2022
 
AUTRES ARTICLES
WHEN REASONS COLLAPSE (21 AVRIL 2015)
A l'occasion de la sortie de "Dark Passengers", Music Waves a échangé avec Cristina, la chanteuse du groupe deathcore.
MAGIC KINGDOM (09 MARS 2015)
Presque un an plus tard, Music Waves a de nouveau rencontré Dushan Petrossi pour évoquer non plus Iron Mask mais son premier groupe, Magic Kingdom, qui revient en force avec l'excellent "Savage Requiem".
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021